Julien Favre passe le témoin à Florian Musy.

AG du VC Orbe: pour le triplé

Julien Favre passe le témoin à Florian Musy.

Julien Favre passe le témoin à Florian Musy.

Non, Julien Favre n’entend pas remporter le Giro, le Tour de France et la Vuelta. Le président du VCO a tout simplement quitté la présidence du club car son amie attend des …triplés mâles pour le mois d’avril. Dans ces conditions bien compréhensibles, il se devait de consacrer l’essentiel de son temps à sa future famille.

La passation de pouvoir s’est faite dans la logique. Florian Musy, vice-président, lui succède et sera épaulé par Michael Randin qui devient son second dans une société qui se porte bien puisqu’elle compte 157 membres et un capital de près de 90’000 frs. Julien n’est du reste pas le seul à se retirer. Pierre-André Magnenat ne rédigera plus le procès-verbal des assemblées après de très nombreuses années de service alors que Jean-François Thonney était fêté pour 40 ans de fidélité au VCO.

Route délaissée

Christian Brechbühl, lu, va réduire son activité à la formation des routiers car il n’y a désormais plus de juniors ni d’écoliers dans cette spécialité. Il sera remplacé par Christian Schneiter, fraîchement diplômé Jeunesse et Sport. Si la route n’attire plus les très jeunes, on espère qu’à travers l’école de VTT, dirigée par Yves Darbellay, certains juniors bifurqueront vers la route comme ce fut le cas pour Lars Schnyder qui a obtenu de très bons résultats avec en particulier une participation à Paris-Roubaix avec la sélection helvétique juniors.

Danilo Wyss (pro chez BMC) est le porte-drapeau du club dans le domaine. Si Cyrille Thièry, Thèry Schir et Damien Corthésy se sont illustrés sur la piste cette année, ils n’ont pas abandonné pour autant leurs ambitions dans les épreuves sur route comme Loïc Aubert chez les élites.

Contrôle à la Bessonne

Malgré ce manque d’intérêt pour la route, le club a organisé plusieurs manifestations comme le Giron du Nord vaudois en partenariat avec le VC Vallorbe ou le contre-la-montre des Trois Rivières, après avoir accueilli le Tour du Pays de Vaud en 2010. Surprise au terme de la course de côte interne à la Bessonne, Danilo Wyss a dû se soumettre à un contrôle anti-dopage à la demande de dirigeants venus du Danemark!

Un camp d’entraînement en France (Lalonde) a réuni une vingtaine de membres et sera reconduit l’année prochaine. A titre d’exemple, on mettra en exergue le fait que le VC Orbe a accepté de servir la fondue aux bénévoles du dernier Tour de Romandie avec à la clef le nettoyage d’une centaine de caquelons, qui a nécessité pas mal d’huile de coude comme ils ont pédalé pour activer la broche qui grillait un sanglier à l’initiative d’un restaurateur urbigène.

C’est dire la bonne ambiance qui règne dans ce club qui ne recule pas devant les tâches les plus diverses.
Le comité, dans lequel on compte deux dames (Valérie Randin à la caisse et Ingrid Biétry au secrétariat), a eu des contacts avec les responsables de la Wysam 333 pour une future collaboration. Le club est aussi représenté au comité de l’Association Cantonale Vaudoise de Cyclisme par Michel Favre. Quant au fan’s club de Danilo Wyss, il a remis un chèque de mille francs pour la formation. Comme quoi la solidarité n’est pas un vain mot au VC Orbe.

Mission accomplie

Julien Favre aura passé six années au comité dont quatre à la présidence. Il se plaît d’abord à dire le plaisir qu’il a éprouvé avec un comité jeune mais grâce aussi à des résultats extraordinaires. Deux titres et des médailles aux championnats d’Europe et de Suisse sur piste, la progression des Schnyder (Sylvie a obtenu 10 succès en VTT) et un professionnel dans l’équipe la plus huppée du peloton, ont de quoi réjouir le démissionnaire. Sans oublier l’appui d’une équipe d’entraîneurs fidèles et la bonne fréquentation de l’école de VTT. Cette motivation de tous est absolument formidable pour un dirigeant.
Au chapitre des souvenirs, il retient en premier lieu la parfaite organisation du championnat romand sur route en 2009 avec l’appui des autorités communales. S’il est sûr de laisser un club sain à son successeur, il est un peu inquiet de l’avenir du cyclisme sur route quand bien même il comprend les parents qui ne souhaitent pas que leurs progénitures soient confrontées à la circulation qui n’a guère d’égard pour les cyclistes.
Il se plaît à relever que le relais sera assumé dans la continuité dans ce club qui se veut familial. La passion du vélo, transmise par son prédécesseur Jean-Louis Monnier, demeure intacte. A 34 ans, il cède son poste à Florian Musy, Baulméran de 28 ans qui exerce la profession de technicien/géomètre. Un garçon qui connaît bien ce sport puisqu’il a pris la troisième place du classement général du Giron, remportant la classe amateur, et à qui il souhaite de connaître autant de satisfactions que lui à ce poste.

Photo Pierre Mercier