Jean Fleurimont, président de la SIC

AG de la SIC Vallorbe-Ballaigues-Vaulion

Jean Fleurimont, président de la SIC

Jean Fleurimont, président de la SIC

2011, une année difficile

Jeudi soir passé se déroulait à Vallorbe, dans les locaux de la société Tec Ebauches SA, l’assemblée générale annuelle de la SIC de Vallorbe, Ballaigues, Vaulion. Une trentaine de membres avaient fait le déplacement, à l’invitation du président Jean Fleurimont. Parmi ceux-ci, on relevait la présence de Daniel Bourgeois, président du Conseil communal de Ballaigues, Luc Neuschwander, son homologue de Vallorbe, des syndics de Vallorbe et Ballaigues, Stéphane Costantini et Raphaël Darbellay, ainsi que celle d’un représentant de la Municipalité de Vaulion, Claude Goy. Olivier Rau avait fait le déplacement de Lausanne, pour représenter la Fédération patronale vaudoise.

Contexte difficile

Dans son rapport, le président Jean Fleurimont a tenu à saluer l’esprit de totale ouverture dans lequel travaille le comité de la SIC, qui cherche sans limitation ni exclusion tous les moyens propices à conforter la position de l’industrie et des commerces locaux. Ceci dans un contexte économique difficile et incertain et en présence, notamment, d’une internationalisation croissante des achats en zone frontalière et d’une augmentation notoire des transactions par internet. «Les années se suivent et ne se ressemblent pas» précisera-t-il, évoquant la nécessaire balance entre constance et changement.

Cherté du franc suisse en cause

Du côté des banques et assurances, le rapport de Jacques-André Chezeaux, démissionnaire, a été lu par le président. On en retiendra que si les banques se portent bien, elles doivent faire face à une concurrence très forte au plan des prêts hypothécaires: un marché qui bénéficie des taux d’intérêts très bas qui prévalent en cette période. Côté assurances, la branche de l’assurance-vie a souffert, de même que l’assurance automobile, en raison d’une diversification notoire de l’offre, en particulier celle disponible en ligne. L’industrie de son côté a dû subir les fluctuations très importantes du franc suisse : il en a résulté une baisse sensible des marges, et une certaine tension sur la production aussi.

Au plan communal et touristique

Les communes de Vallorbe et Ballaigues poursuivent leurs investissements: collège, casino, infrastructures, engagement en vue de la sécurisation de l’A9B et de la résorption du fameux bouchon du Creux, le tout dans une situation de chômage, pour Vallorbe, se situant légèrement en dessus de la moyenne suisse. Au plan du tourisme, on note une intense activité au cours de cette troisième année passée au sein de la Région Yverdon-les-Bains/Jura Lac: nouvelle cathédrale des Grottes, nouveau gîte rural aux Grandes Forges, Biennale des Couteliers, notamment avec une présence accrue sur les foires spécialisées et des échanges de publicité avec d’autres régions du canton. Point noir : l’hébergement à Vallorbe où les lits manquent cruellement, avec une incidence sur la fréquentation des restaurants en soirée surtout.

Une entreprise en plein boom

Après la partie officielle, le jeune patron de Tec Ebauches SA Arnaud Faivre a exceptionnellement ouvert les portes de ses ateliers aux participants qui ont pu admirer le savoir-faire et l’ingéniosité de cette jeune société, arrivée à Vallorbe en 2008 et qui produit maintenant des pièces faites main pour presque toutes les prestigieuses marques de montres suisses.

Partir de rien en 2008, et compter 25 collaborateurs en 2012 est la preuve du choix judicieux d’un marché porteur. Et l’entreprise ne s’arrête pas là, bien au contraire, puisqu’elle vient de participer à Basleworld pour y présenter, entre autres, les premières séries de sa propre production de montres de luxe répondant à la marque «Manufacture Royale»: de véritables joyaux de la haute mécanique de précision qui sont d’ores et déjà distribués tout autour du globe.

Photo Olivier Gfeller