Roger Augsburger, syndic de Mathod.

Le syndic de Mathod se confie

Roger Augsburger, syndic de Mathod.

Roger Augsburger, syndic de Mathod.

Le village de Mathod, situé aux confins de l’ancien district d’Yverdon, est placé depuis juillet 2011 sous l’autorité d’une nouvelle Municipalité, elle–même présidée par un nouveau syndic, Roger Augsburger. Il a bien voulu recevoir l’Omnibus pour faire le point de la situation après sept mois d’exercice de sa charge.

Comment on devient syndic

Roger Augsburger n’est pas né à Mathod. Il n’est pas non plus originaire de ce village, mais y demeure depuis une grosse décennie. Il y a en effet repris un train de campagne avec son épouse Anne.

Le couple a quatre enfants. Roger Augsburger a déjà fait partie de l’exécutif communal pendant une année environ, à la fin de la précédente législature, en 2005-2006. Pour les élections de 2011, il s’est présenté aux suffrages des Mathoulons en vue d’exercer la charge de Municipal. «Au moment de me présenter, précise-t-il, je n’avais aucune intention de briguer le poste de syndic. Mais la précédente titulaire de la charge n’a pas été réélue à la Municipalité, et il a donc fallu qu’un ou des Municipaux se décident».

C’est ainsi que, poussé par ses coéquipiers de la Municipalité élue qui ne voulaient pas de la charge, Roger Augsburger a finalement brigué le poste. Et a été élu.

Il relève que les débuts de la nouvelle Municipalité ont demandé beaucoup de travail et un temps d’adaptation à des nouvelles fonctions, en particulier en raison du fait que trois nouveaux membres ont été élus. Quant à lui, il estime qu’avec une excellente ambiance au sein du collège et un bon système de délégation de compétences, il commence à trouver sa vitesse de croisière.

En plus, il aime le travail en équipe,  dans laquelle chacun apporte ce qu’il a de meilleur. «Je passe plus de 20% de mon temps pour le compte de la Municipalité. «Au début, j’avais sans doute un peu trop tendance à passer du temps sur les dossiers, mais il faut aussi trouver son rythme» précise-t-il. Il ajoute aussi que le fait de n’avoir pas seulement à s’organiser comme agriculteur indépendant, mais d’avoir aussi travaillé dans le passé au sein d’une entreprise de paysagisme lui sert dans son organisation quotidienne.

Questions d’actualité pour Mathod

Parmi les principaux problèmes ou sujets d’importance pour la Commune, on trouve la question de l’eau potable. Au cours de la présente législature, il s’agira de décider si la commune se branche sur le réseau Sagenord ou continue de pomper l’eau de sa propre source, située à la sortie de la localité en direction de  Suscévaz. Pour 2012, la réhabilitation du congélateur communal est à l’ordre du jour. Normalement, tout devrait être prêt pour début 2013, les locaux pour la boulangerie ainsi que les appartements.

Le restaurant le Bras d’Or, qui était malheureusement fermé, a rouvert le 1er février et on espère du côté de la Municipalité que ce sera pour longtemps. Comme on tient d’ailleurs aussi au petit magasin et au bureau de poste situé dans le bâtiment communal, autant de gages du maintien d’une vie de qualité au village. Au niveau des écoles, le village est tourné vers Yverdon-les-Bains, qui abrite les grandes classes.

Mais quelques classes subsistent bel et bien au village, une bonne chose pour le syndic. Qui se réjouit aussi de voir exister dans son village un jardin-garderie privé pour enfants, le Timatou. Mathod s’est passablement développé ces dernières années et il est important pour le syndic que ces infrastructures subsistent.

Il aimerait d’ailleurs que son village devienne un centre local au sens des dispositions  sur l’aménagement du territoire, pour qu’une croissance mesurée puisse encore être possible. Le nouveau PGA est d’ailleurs en travaux, dans ce même sens. Dans les projets à moyen terme figure aussi la continuation de la sécurisation routière déjà débutée, notamment du côté de Suscévaz. Actuellement les AF sont en travaux.

Ces aménagements nécessiteront la création de nouveaux chemins ou la réfection de voies existantes, autant de travaux qui occupent et occuperont encore la Municipalité durant les années à venir. Au chapitre des souhaits, Roger Augsburger voudrait améliorer la communication, qu’il considère comme un élément important en démocratie, que ce soit celle du Conseil ou celle de la Municipalité.

Et si l’on ne parle pas formellement de fusion à Mathod, on souhaite vivement intensifier les collaborations avec tous les villages avoisinants, plutôt d’ailleurs sur le versant d’Yverdon-les-Bains qu’en direction d’Orbe, dans un mouvement qui semble naturel aux Mathoulons. «Nous travaillons déjà dans beaucoup de  domaines avec nos voisins, et cette collaboration est indispensable» conclut Roger Augsburger.

Photo Olivier Gfeller