Pierre-Luc Maillefer devant la toute dernière génération de fraiseuse robotisée développée en interne, comme c’est l’usage, pour la fabrication d’outils en nickel titane.

Ballaigues: Pierre-Luc Maillefer lâche la barre de l’entreprise

Pierre-Luc Maillefer devant la toute dernière génération de fraiseuse robotisée développée en interne, comme c’est l’usage,  pour la fabrication d’outils en nickel titane.

Pierre-Luc Maillefer devant la toute dernière génération de fraiseuse robotisée développée en interne, comme c’est l’usage, pour la fabrication d’outils en nickel titane.

Les sites de production de Ballaigues du groupe Dentsply Maillefer vont changer de patron à partir du 1er janvier 2012. En effet, après plusieurs décennies passées à diriger cet ensemble, leur directeur Pierre-Luc Maillefer a décidé de passer la main. L’Omnibus l’a rencontré pour faire le point sur cet important changement.

Une histoire de famille qui évolue en mariage

Pierre-Luc Maillefer a juste passé la barre des soixante ans. Il a une double formation technique et académique. Il effectuait ses études HEC quand il a ressenti, sans doute un peu comme ses ancêtres, la nécessité de maîtriser aussi bien la matière concrète que celle des idées. Et c’est ainsi qu’il est aussi devenu, en plus, technicien mécanicien. Riche de ces enseignements variés, il a commencé par occuper différents postes à l’étranger, pour y faire ses armes, connaître le monde et parfaire sa connaissance des langues.

C’est en 1975 qu’il est entré au service de l’entreprise Maillefer, alors entreprise typiquement familiale et codirigée à l’époque par l’un de ses cousins ainsi que par son père. Deux décennies plus tard, il en a repris la direction générale, au moment d’ailleurs où le mariage avec le groupe américain Dentsply s’est mis en place. Au début des années 1990 en effet, Maillefer devait impérativement développer certains marchés si elle voulait construire une nouvelle étape de sa progression. Et comme son distributeur américain Dentsply, le leader mondial des produits de dentisterie, possédait déjà des comptoirs installés sur ces marchés, le rapprochement devenait à la fois intéressant et susceptible d’apporter des deux côtés de l’Atlantique des retombées concrètes.

C’est sur ces bases que d’une entreprise familiale, Maillefer est devenue l’un des éléments à part entière du leader mondial dans ce domaine (2.8 milliards de francs de chiffre d’affaires consolidé, 15’000 employés dans le monde, des usines dans une quinzaine de pays, des clients partout dans le monde).

Deux défis principaux à relever

En prenant ses fonctions de directeur, Pierre-Luc Maillefer avait en tête deux défis importants: permettre à l’entreprise de devenir leader mondial dans le domaine très particulier des traitements des canaux radiculaires (endodontie) et achever le développement d’une petite révolution dans le domaine technologique: le passage des instruments manuels aux instruments de traitements mécanisés fabriqués dans un nouveau type d’alliage de nickel-titane. Cet alliage, qui permet de créer des instruments flexibles et surtout «se souvenant» de la forme qu’on leur donne.

C’est notamment grâce au mariage cité plus haut que les deux défis importants que s’était lancé Pierre-Luc Maillefer ont pu être relevés avec succès. Aujourd’hui, dans les pays industrialisés, 2 dentistes sur 3 utilisent techniques et matériaux en provenance de Ballaigues. Depuis 1995, le chiffre d’affaires a été multiplié par 5, le personnel quant à lui ayant tout simplement doublé. Le tout sans délocalisation et sans perte de profitabilité, l’une des promesses contractées au moment du mariage avec Dentsply.

Les raisons d’un départ

Même si rien n’est jamais achevé en ce monde, Pierre-Luc Maillefer estime qu’après plus de 35 ans passés au sein de l’entreprise et alors que justement ses défis personnels ont été atteints, il est temps de passer la main à un successeur qui puisse passer tout son temps et toute son énergie à la tête de la direction opérationnelle de l’entreprise.

Pierre-Luc Maillefer continuera de s’impliquer dans diverses activités au plan suisse ou régional, notamment au sein de conseils de fondation et d’entreprises dont le Comité Stratégique de la Chambre Vaudoise du Commerce et de l’Industrie, ou la présidence de la Policlinique Médicale Universitaire de Lausanne.

Des occupations qui lui permettront de passer plus de temps avec sa famille et ses amis mais aussi d’assouvir son goût de toujours pour le sport et la nature, deux passions pour lui intimement liées.

Le successeur

A compter du 1er janvier 2012, la direction de l’entreprise sera confiée à Dominique Legros. Ingénieur de formation, d’origine française, le nouveau directeur âgé de 52 ans a passé 15 ans à la tête d’unités de Johnson & Johnson, multinationale d’origine américaine active dans le domaine de la santé. Il a notamment dirigé le site de Neuchâtel s’imprégnant ainsi de l’état d’esprit du Jura suisse bien qu’étant fort d’une expérience internationale élargie grâce à des postes de haut niveau occupés aux Etats-Unis et en France.

Une cérémonie de remerciements au V Center
Vendredi passé aura été une date particulière pour tous les membres de l’entreprise Dentsply Maillefer. C’est en effet au V Center de Vallorbe, seule salle suffisamment grande dans le voisinage pour accueillir 800 personnes,  que s’est déroulée la cérémonie d’au revoir préparée pour Pierre-Luc Maillefer. Trois membres de la direction du groupe international avaient fait le déplacement depuis l’Asie ou depuis les USA, afin de témoigner de l’importance pour le groupe de l’unité de production de Ballaigues, qui fait partie intégrante du groupe Dentsply depuis 1995. Tout à tour, ce sont donc Bret W. Wise CEO, James G. Mosch, Executive Vice President et Markus Boehringer, Vice-Président pour l’Asie, qui ont rendu hommage au savoir-faire et à la maîtrise du directeur sortant tout en s’adressant, une fois n’est pas coutume, à l’ensemble du personnel à qui l’on avait donné congé pour l’occasion.

La clé symbolique de l’entreprise a ensuite été transmise à Dominique Legros, nouveau directeur, alors qu’une 2 CV ancienne et colorée faisait son apparition dans l’enceinte : l’occasion pour quelques membres du personnel de rappeler à Pierre-Luc Maillefer ses débuts dans l’entreprise, lorsqu’il livrait les clients au moyen d’un véhicule de ce type. C’est en présence de sa famille que le directeur sortant, visiblement ému, a encore reçu divers présents, dont une horloge fabriquée de toutes pièces par des apprentis de l’usine.

Vue générale de la cérémonie

Vue générale de la cérémonie

Photos Olivier Gfeller