Olivier Chambaz, président de la FVSE.

Coup de gueule des éleveurs à Ballaigues

Olivier Chambaz, président de la FVSE.

Olivier Chambaz, président de la FVSE.

Mercredi s’est tenue à Ballaigues, au centre villageois, l’assemblée générale annuelle de la Fédération Vaudoise des Syndicats d’Elevage (FVSE). Organe majeur de l’organisation paysanne en Pays de Vaud, cette fédération est placée sous l’autorité du président Olivier Chambaz, de Duillier. Un président qui n’a pas mâché ses mots lors de son discours introductif, critiquant à souhait la politique agricole 2014-2017 (PA 14-17) imaginée par Berne et l’OFAG (Office fédéral de l’agriculture).

Au niveau laitier, Olivier Chambaz a estimé que «tout le système de l’IP lait est un fiasco: ça ne fonctionne pas et ça ne rapporte pas ce que ça devrait. On continue d’importer des produits notamment de pays émergents, ne respectant aucune norme de protection sociale ou salariale. On veut bien rester solidaires, mais pas devenir solitaires» a ajouté un président visiblement peu amène face aux décisions fédérales.

«Avec la PA 14-17, le Conseil fédéral propose des mesures de mise en œuvre de sa stratégie à long terme visant une production sûre, compétitive et durable de denrées alimentaires. Ce sont du moins les termes employés dans le message déposé le 1er février 2012 et surtout dans les discours du Conseiller fédéral Johann Schneider-Amman» précisera encore Olivier Chambaz, «sauf qu’en l’état actuel des tracasseries administratives en tous genres, on va droit vers le démantèlement pur et simple des filières lait et céréales. Nous n’avons pas besoin de grands discours, mais de véritables actes» a poursuivi le président, devant une salle comble et partageant visiblement l’avis de son président.

Madelon, Trinity, Niagara et leurs congénères

Dans son rapport annuel, le gérant Claude-André Fardel, de Novalles est revenu sur l’activité de l’année, les contrôles techniques laitiers, les expositions auxquelles les membres de la Fédération ont participé et sur nombre de détails techniques allant du taux de protéine au taux de graisse dans le lait et les contrôles A4 et AT4 qui restent en l’état un peu mystérieux pour le rédacteur novice. A relever que la vache vaudoise de race se situe légèrement au-dessus de la moyenne suisse en matière de production.

Ce qui ne veut pas dire qu’en Pays de Vaud on ne trouve pas de championnes. Au contraire, puisque Madelon, Trinity, Niagara et beaucoup d’autres bêtes ont été primées à divers titres, que ce soit sur le plan de la production ou en participant à des concours. Les cloches de récompense ont été distribuées aux éleveurs en deuxième partie de matinée. L’assemblée s’est ensuite poursuivie par le traditionnel repas en commun, après que le syndic Raphaël Darbellay ait rejoint l’assemblée pour la saluer et présenter la commune hôte de cette manifestation aux deux cents participants présents.

Photo Olivier Gfeller