Trou de mémoire

Samuel Eto’o est un footballeur qui évolue au Anzi Makhachkala, un club inconnu qui se trouve être en tête du championnat de Russie. Située dans le dangereux Dagestan, cette ville ne reçoit ses joueurs qu’un week-end sur deux, car l’équipe s’entraîne à Moscou pour des raisons de sécurité.

C’est dans ce contexte particulier que l’international camerounais évolue depuis plus d’une année. Son salaire annuel explique certainement les choses puisqu’il a passé de 14 à 24 millions d’euros! Un choix sportif tout de même étonnant de sa part, si l’on sait qu’il a joué pendant cinq ans avec Barcelone et deux saisons à l’Inter de Milan, où sa femme et son fils demeurent et qu’il peut visiter à sa guise puisque un jet privé est mis à sa disposition.

Eto’o est donc seul dans la capitale russe et il vient d’aménager dans un loft de mille mètres carrés sur quatre niveaux au 28e étage d’une tour appartement dont le prix de location est de 89 000 euros par mois!

Lors de la reconnaissance des lieux, le Camerounais a exigé que deux personnes s’occupent de sa piscine intérieure, afin que l’eau ne tourne pas puisque chauffée à 28 degrés. En outre, il a voulu un écran de télévision de trois mètres de diagonale. En même temps, il a demandé un plateau de fruits sur la table d’un salon devant les caméras d’une télévision qui faisait un reportage à son sujet. Tout cela en proclamant qu’il sait d’où il vient.

Certes, le garçon a créé plusieurs fondations dans son pays où il aide la jeunesse et des clubs de football. N’empêche que ses prétentions sont indécentes. Profite-il de se venger de son arrivée délicate en Europe à l’âge de 15 ans lorsqu’il a été refoulé? Peu importe, son attitude est scandaleuse mais dans la mesure où des imbéciles se plient à ses extravagances, rien ne lui semble impossible.

Au point de ne plus se souvenir très bien des conditions de vie de ses compatriotes restés au pays!