Roger Federer

Troisième

 

Roger Federer

Roger Federer

Roger Federer n’est plus le maître du tennis. Le verdict est devenu évident. Le Bâlois ne gagne plus contre Djokovic ou Nadal. Est-ce dû au fait que son rôle de père de famille ne lui permet pas de s’entraîner ou de se reposer normalement?

Difficile de deviner ce qui se passe sans être du milieu. Probablement que «Rodgeur» avait moins de concurrence lors de son apparition sur le circuit et son talent a révolutionné le tennis. Comme  il était devenu l’exemple, la star, les différents entraîneurs ont étudié son jeu dans le détail et ont décelé du même coup ses faiblesses. Comme ce revers qui parfois l’abandonne et dont ses adversaires profitent souvent.

Ainsi va la carrière d’un sportif. On ne peut pas toujours être au sommet, pour différentes raisons. N’empêche que le discours du Bâlois m’étonne toujours. Jamais il n’admet ses difficultés. Comme s’il était sûr de gagner le prochain tournoi. Cet aplomb peut être désarmant mais un champion se doit de ne jamais douter. C’est la différence entre nous, communs des mortels, et cette race de sportifs d’élite.

Ces gens possèdent en général un mental d’acier, une foi inébranlable en leurs qualités. Même si aujourd’hui, sans qu’il le dise, Federer cherche des solutions pour remédier à ce statut de numéro trois qui est le sien désormais et qui ne doit guère lui convenir.

Pas question cependant de lui tourner le dos, lui qui est le plus grand joueur de tennis de tous les temps jusqu’ici. Il nous a apporté tellement de joie et de bonheur qu’il serait très ingrat de lui reprocher cette baisse de régime.