Pas convaincant et surprenant



DSK est venu s’expliquer à la télévision pour dire qu’il avait commis une faute morale. En clair, osons le dire, il a eu une relation sexuelle avec sa victime.

Il s’est surtout réfugié derrière le rapport du procureur de New York qui dit qu’il n’y a eu ni violence, ni contrainte lors de ce rapport.

Ajoutant que Nafisatou Diallo a menti lors des interrogatoires auxquels elle a dû faire face. En fait, Dominique Strauss-Kahn n’a pas expliqué les raisons pour lesquelles il s’est rabattu sur cette femme de chambre. Il n’a pas reconnu ce qui semble être une pulsion maladive à s’en prendre aux femmes, puisqu’il ne paraît pas en être à sa première frasque en la matière.

En outre, son interlocutrice, Claire Chazal de TF1, n’a pas vraiment insisté sur l’acte, laissant celui qui était le favori de la prochaine élection présidentielle française s’exprimer surtout sur la situation financière de l’Europe. Un face-à-face qui donnait le sentiment d’une certaine complicité, car on sait que cette présentatrice conserve des relations d’amitié avec l’épouse de DSK, ancienne journaliste de la chaîne de télévision.

La France veut tourner la page. Certes, mais on a peine à comprendre l’attitude d’Anne Sinclair dans cette affaire. Elle accepte d’être trompée au grand jour par un mari volage, alors que sa situation financière lui permettrait aisément de le quitter. Bien sûr elle aurait pu devenir la première dame du pays. N’empêche que sa fidélité surprend, car l’attitude de DSK est pour le moins sujette à caution.

Faut-il être à ce point amoureuse pour pardonner ce que de très nombreuses femmes n’accepteraient pas, à juste titre. Cela est un vrai mystère.