Bulat Chagaev

Mon pognon, ma loi

Bulat Chagaev

Bulat Chagaev

Le football romand de haut niveau passe par des semaines particulières. A Neuchâtel pour commencer avec un président tchétchène qui est pour le moins déroutant. Bulat Chagaev limoge entraîneurs et joueurs à tour de bras en ce début de saison.

On dit même qu’il ne paie pas la location de la Maladière et la ville de Neuchâtel menace Xamax de fermer les portes de son stade à ses footballeurs. Toute la république est aux aguets et nombreux sont ceux qui souhaitent le départ de cet homme aux méthodes particulières qui vient d’une région russe où l’on se débarrasse des gens qui gênent, en les supprimant!

Christian Constantin lui est persuadé qu’il aura raison dans son bras de fer avec les instances supérieures du football international. Son club a été exclu de l’Europa League car Sion n’avait pas le droit d’acquérir des joueurs avant le 1er janvier 2012. Or, l’Octodurien est passé outre et comme l’Association suisse a eu le tort de lui délivrer des licences pour de nouveaux venus, il compte sur cette erreur pour prendre à revers l’UEFA (Union européenne de football), s’appuyant en plus sur un jugement d’un tribunal civil de Martigny où il habite et dont il doit connaître le président.

Or les fédérations internationales du sport ont créé le tribunal arbitral du sport (TAS) afin que leurs membres ne se retournent pas auprès des justices nationales pour contester leurs décisions, au risque de déstabiliser tout l’édifice.

Sans doute que Constantin n’a pas totalement tort mais suffit-il d’avoir de l’argent pour exiger des règlements à sa mesure? On se souvient qu’un émir d’Arabie Saoudite était descendu sur le terrain lors d’un match de la coupe du monde entre son pays et la France, contestant un but.

Le brave homme a appris à ses dépens que sa fortune ne lui permettait pas de remettre en question les règles du football, bien heureusement.