Le poids des femmes

Le Conseil national a donc décidé de suivre le Conseil fédéral dans sa volonté de sortir progressivement du nucléaire. Il l’a fait de manière bien plus claire qu’attendue et tout porte à croire que le Conseil des Etats sera contraint d’en faire autant, cet automne.

Cette décision courageuse, nous la devons aux femmes bien plus qu’aux partis politiques. Leur sensibilité est autre que celle des hommes. Elles donnent la vie et en savent le prix. Elles sont capables de faire fi des lobbies lorsque l’avenir des humains est en jeu. Le PDC a certes joué un rôle en appuyant les partis de gauche dans ce vote.

Il était normal qu’il appuie sa conseillère fédérale, Doris Leuthard,  présidente de notre gouvernement, surtout à la veille des élections fédérales. Cependant, on doit d’abord se féliciter de la présence de quatre femmes dans ce collège de sept personnes. Il y a eu du scepticisme lors de leurs élections, elles font la preuve qu’elles peuvent outrepasser les recommandations de leur parti pour prendre une décision sage et historique.

Certains milieux de l’énergie crient à la trahison, prétendant que l’on ne trouvera pas les solutions pour remplacer le nucléaire. En arguant aussi que l’électricité coûtera plus cher.

Sûrement, mais la vie de nos enfants a un coût et il faut être prêt à l’assumer. Dans la foulée, cette décision fait appel au génie de l’humain pour imaginer d’autres sources énergétiques. Comme il est temps de réfléchir aux économies que l’on peut faire dans la vie de tous les jours.

En définitive, on doit se réjouir de ce courage politique qui appelle à plus de sagesse et d’intelligence pour bâtir le monde du futur.