Plus lourd?

Iniquité

Plus lourd?

Plus lourd?

Oscar Pistorius va pouvoir attendre chez lui la suite de son procès, en juin prochain. L’athlète aux jambes de carbone a ainsi évité d’être emprisonné. Pourtant il est un assassin. Car comment expliquer la mort de sa compagne, tuée de quatre balles dans la tête.

Le coureur à pied veut faire croire qu’il a pris la jeune femme pour un voleur. On a peine à le croire mais il bénéficie aussi du fait que le principal enquêteur avait lui également maille à partir avec la justice pour avoir tenté d’arrêter un taxi avec une arme à feu. Ce qui étonne davantage, c’est d’abord la caution, équivalente à Fr. 100000.–, pour un acte odieux qui a fait le tour de la planète puisque son auteur était connu de tous pour ses exploits athlétiques. Et puis si Pistorius avait été noir, pensez-vous qu’il serait dehors aujourd’hui? Certainement pas, car l’Afrique du Sud n’a pas encore tourné la page de l’apartheid. On l’a vu dans les conflits miniers, la police n’a pas hésité à tirer sur les «nègres», qui dans l’esprit de nombreux «Afrikaners» ne valent pas un blanc!

Daniel Vasella ne touchera pas les 72 millions de francs que Novartis voulait lui donner pour qu’il ne divulgue pas certains secrets de fabrication à la concurrence, en résumé. Cette récompense a fait l’objet de vives critiques autant à droite qu’à gauche, à quelques encablures de la votation sur l’initiative Minder. L’ancien directeur de Novartis a bien tenté de dire, après coup, qu’il distribuerait cet argent à des œuvres caritatives. Rien n’y a fait et tout porte à croire que le peuple approuvera sans doute le souhait de limiter les salaires abusifs des grands patrons de l’industrie.

Espérons-le car l’assemblée générale de l’entreprise chimique n’aurait sans doute pas empêché ce cadeau. Les petits actionnaires avaient bien l’intention de le combattre mais que sont-ils vis-à-vis des gros investisseurs qui ne voient que le profit et qui n’ont aucun égard pour le reste. On doit se réjouir de cette forme de démocratie alors que Nelson Mandela doit se poser des questions sur les années de prison qu’il a faites pour obtenir des droits égaux