Former pour demain

Helpdesk line

A l’heure où le chômage se répand en Europe, on ne peut pas s’empêcher de déplorer que les choses fonctionnent souvent mal en divers secteurs de l’économie ou de l’administration. Dans ce dernier domaine, les fonctionnaires ont de la peine à faire face à leurs dossiers. Il faut attendre des lustres pour obtenir des réponses. Pour faire face, on constate une augmentation sensible des heures supplémentaires alors que l’engagement de davantage de personnel résoudrait une partie du stress qui perturbe les employés.

Vous avez sans doute perdu patience en voulant téléphoner à une entreprise pour un renseignement ou des éclaircissements. Il faut attendre de longues minutes pour obtenir satisfaction. Pour autant que vous aboutissiez. Que cela soit pour atteindre une assurance, une banque voire une administration comme les services sociaux. Certes, augmenter le personnel coûte mais n’est-il pas nécessaire de permettre un meilleur service aux usagers?

Par bonheur, la Suisse n’enregistre pas une explosion des chiffres du chômage, contrairement à nos voisins. N’empêche que nous ne sommes pas à l’abri d’une détérioration du monde du travail car souvent, ce que l’on déplore à l’étranger finit par se répercuter chez nous, plus tard. Faut-il attendre que la crise soit là pour réagir?. Il faut former afin que notre pays conserve des structures performantes. L’ignorer est irresponsable et il ne suffit pas de se plaindre du coût de la facture sociale quand bien même ce sont nos impôts qui contribuent à la payer à la place des firmes qui restreignent leur personnel pour garantir un bénéfice toujours plus substantiel.