De Barcelone à Zurich, en passant par Lausanne

Comme d’habitude à cette période, la planète foot délivre ses verdicts. Ce qui ne manque pas de passionner les foules. A Londres, Barcelone a étouffé Manchester United en finale de la Ligue européenne des champions.

Tout le monde relève la qualité exceptionnelle du jeu délivré par les Catalans. Qui peut être soporifique lorsque le Barça affronte une équipe plus faible qu’elle, tant on a l’impression que les joueurs de Guardiola font de la passe à dix. Il y a certes l’incroyable Messi, mais que dire de Xavi et Iniesta, des régulateurs hors pair aux passes de génie et qui auraient mérité le ballon d’or 2010 après que leur équipe nationale d’Espagne fut sacrée championne du monde.

A Zurich, la guerre entre les dirigeants de ce sport est indigne à l’heure de l’élection du président. Ces gens discréditent le football qui est déjà malmené à cause de salaires qui dépassent l’entendement. Pourtant, la passion pour le jeu demeure intacte dans une grande partie de la population.

Chez nous, la promotion du Lausanne-Sports mérite un coup de chapeau. Il y a près de dix ans que le canton n’était plus représenté au plus haut échelon. L’exploit de l’équipe de la Pontaise est d’autant plus méritoire que le club a passé par un épisode pénible à la fin de l’année dernière avec le départ de Celestini.

Avec une abnégation qui force l’admiration, l’entraîneur Martin Rueda est parvenu à redresser la barre et on ne peut que le remercier d’avoir donné à ses gars la détermination qui leur permettra d’évoluer désormais en Super League, alors qu’Yverdon quitte malheureusement l’élite.