Compétence

A la suite des démissions des conseillers fédéraux, Moritz Leuenberger et Hans-Rudolf Merz, la plupart des partis du paysage politique helvétique font part de leurs appétits. C’est l’occasion pour certains d’entre eux de tenter regagner un siège perdu (PDC et UDC) ou un premier fauteuil en fonction de leur audience nationale (Verts).

Sans oublier que socialistes et radicaux espèrent bien conserver le siège laissé vacant par l’un des leurs. De nombreuses personnes ont déjà fait acte de candidature sur lesquelles leurs groupes devront se pencher afin de présenter le plus à même de convaincre l’Assemblée fédérale qui réunit les membres des conseils National et des Etats. Ainsi va la démocratie.

Cependant, tout le monde clame, ces derniers temps, que notre Conseil fédéral n’est plus homogène ou qu’il peine à prendre les décisions nécessaires, entre autres.

Dès lors, le quidam se dit qu’il faut désormais des gens compétents, capables de redonner cette cohésion qui fait cruellement défaut et qui pénalise la Suisse dans un monde en mouvement et qui nécessite une adaptation constante et une ligne politique claire.


0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire