Vuiteboeuf: épousailles scolaires électriques

Dans le cadre de leur organisation scolaire, Vuiteboeuf et Baulmes ont décidé de se rapprocher de Sainte-Croix. Difficile pari qu’un remariage, alors qu’on est encore en plein divorce! C’est ainsi que 18 élèves des deux bourgs rallient quotidiennement le balcon du Jura depuis la rentrée. Leur sort préoccupe certains Vuitebolards, qui se sont constitués en association pour la défense des intérêts de leurs têtes blondes.

L’étape suivante a été de se faire assermenter au Conseil général, pour y faire entendre sa voix dans ce domaine. Sophie Thévenaz, une conseillère nouvellement assermentée mercredi soir, s’est plainte en substance de «pauses exagérées durant la journée, d’horaires inadaptés, de temps perdu dans le train ou à attendre ce dernier, d’une discipline qui laisserait à désirer à Sainte-Croix et d’une attitude politico-pédagogique très peu ouverte aux communes autres que celles du balcon du Jura». Elle a exigé de l’exécutif qu’il fasse pression pour que tous ces défauts disparaissent.

Vuiteboeuf fait encore partie de l’ASIBCO

Le Municipal Christian Viret lui a simplement rappelé que pour l’instant la commune faisait encore partie de l’ASIBCO, que les sujets cités étaient en discussion et à l’étude dans ce cadre, que cela prendrait du temps et qu’on ne pouvait changer l’horaire de 18 élèves sans répercussions sur les 400 autres concernés. En plus, les horaires obéissent aussi à des exigences cantonales. Quant aux transports, les Municipalités concernées viennent de recevoir une offre de bus privé pour transporter les 18 élèves 4 fois par semaine en fin de journée.

Coût de l’opération: Fr. 75 000.– par année. Un montant qui laisse songeur et dont il n’a pas encore été débattu. Serge Juriens a tenu quant à lui à rappeler que «parfois, l’intérêt général passe avant l’intérêt particulier et que dès 2015, l’horaire de Travys passera à la demi-heure, ce qui résoudra une bonne partie du problème. Faire le poing dans sa poche un certain temps fait partie de la vie» a-t-il ajouté. Pour le reste, le Conseil placé sous la présidence de Fabrice Boucher a entériné le budget municipal 2014 faisant apparaître un excédent de dépenses de l’ordre de Fr. 25 000.– sur un total de recettes et dépenses de 1.68 million de francs.

"Vuiteboeuf: épousailles scolaires électriques", 5 out of 5 based on 1 ratings.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire