Sous les yeux de l’instructeur à gauche, une équipe de forestiers arrive sur les lieux de l’accident simulé.

Vuiteboeuf: 30 forestiers en exercice de sauvetage

Sous les yeux de l’instructeur à gauche, une équipe de forestiers arrive sur les lieux de l’accident simulé.

Sous les yeux de l’instructeur à gauche, une équipe de forestiers arrive sur les lieux de l’accident simulé.

Une trentaine de forestiers appartenant aux arrondissements 7 et 10 qui couvrent les régions allant de la bordure de l’ancien district d’Orbe aux communes de celui de Grandson avaient rendez-vous vendredi passé à Vuiteboeuf pour suivre un cours de formation portant sur la sécurité, sous les ordres, entre autres, de René Guex, garde-forestier à Bullet. Le programme de la matinée a porté avant tout sur une mise à niveau et des exercices de premiers secours.

Des exercices au massage cardiaque ont eu lieu, de même que des mises en œuvre de défibrillateur, le tout dans un programme en groupes. Une partie théorique a aussi été présentée, qui concernait avant tout les mesures à prendre et les méthodes à utiliser en cas de sauvetage d’un ou plusieurs collègues blessés.

Des délais plus longs qu’on ne l’imagine

L’après-midi était réservé à un exercice de sauvetage en grandeur nature. On attendait de pied ferme l’arrivée d’un hélicoptère flambant neuf de la Rega. Ce fut toutefois en vain, puisqu’à l’heure planifiée, les appareils rouges de la garde aérienne étaient tous engagés dans des missions effectives et qui prenaient forcément le pas sur un exercice. Ceci n’a pas empêché une série de forestiers de jouer le rôle de l’équipe devant faire face à un accident et les autres d’observer attentivement les mesures prises et les techniques utilisées pour porter assistance et finalement délivrer le «blessé» de sa fâcheuse posture.

On aura en particulier remarqué les difficultés de transmission humaine à l’époque du GPS et du portable, ainsi que l’allongement considérable des délais nécessaires à chaque geste en situation de détresse. L’observateur béotien n’aura pas manqué de remarquer les nouveaux casques émetteurs-récepteurs dotés de petites antennes portés par certains participants, très utiles en pareilles circonstances, mais qui font un peu ressembler le forestier à une sorte d’extraterrestre chaleureux et résistant à l’épreuve.

Photo Olivier Gfeller