Claude Languetin, syndic et Valérie Meyer, secrétaire

Vaulion: séance intense au Conseil

Claude Languetin, syndic et Valérie Meyer, secrétaire

Claude Languetin, syndic et Valérie Meyer, secrétaire

Les Vyneuves et sa zone S2.

Espoir de libérer les servitudes de la zone agricole des Vyneuves

Est-ce que les, ou plutôt certains, services de l’Etat de Vaud souhaitent mettre en péril la survie de petites communes en imposant des structures incohérentes avec les lieux?

Claude Languetin, syndic, expliquait que l’Etat exigeait que la Commune de Vaulion ait une eau propre de secours pour abolir la servitude d’épandage aux Vyneuves et ainsi déconnecter la source du Cul-du-Nozon. La source du Criblet, située vers le terrain de footbal, a été analysée et donne des résultats excellents.

L’aménagement de ce puits de réserve est devisé à Fr. 110 000.–. Dans l’ensemble le projet reçoit l’accord de l’Etat. Il confirme la participation en subventions de l’Etat de Vaud (17%), de la Confédération (20%) et de l’ECA (10%). A noter que cette dernière est assortie d’une condition pour un projet de couplage de l’eau de Vaulion avec tout le Vallon du Nozon. Mais il ne sait pas qui financera les travaux sur une distance moyenne de 5,5 km des trois villages les plus proches!

Actuellement une mise à l’enquête d’agrandissement d’une ferme est stoppée par les services de l’Etat, parce qu’un puits d’eau de secours n’est pas réalisé. Plusieurs conseillers demandent que la Municipalité sollicite un écrit de l’Etat confirmant la levée de la servitude des Vyneuves si les travaux sont exécutés, afin de se prémunir d’une volte-face de ce dernier. Une commission est nommée pour étudier le projet.

Sociétés locales et débit de boissons

La demande et le projet de rénovation du local de débit de boissons, adapté aux sociétés locales, dans une salle de l’Hôtel des 3 Coeurs, a donné lieu à un grand débat. Madeleine Guyon, municipale en charge du dossier, expliquait, suite à l’intervention du Conseil communal, les diminutions financières du projet, mais l’obligation de suivre les directives décrétées par l’Etat(!) pour la sécurité avec deux portes anti-feu, ramenant le projet à Fr. 60’000.–.

Une augmentation de la location devra suivre, mais n’est pas encore déterminée. Après un débat très animé, le projet était accepté par 23 oui et 3 abstentions. Les travaux se feront cette année.

Philippe Magnenat, président du conseil levait la séance à 22 h.

Photo Marlène Rézenne