Le nouveau bâtiment.

Vallorbe: nouveau collège inauguré

Le nouveau bâtiment.

Le nouveau bâtiment.

«Pas facile de mettre en œuvre la construction d’un tel établissement au travers d’une association scolaire toute neuve, avec dix communes obligées de se mettre d’accord a déclaré Claude Languetin, syndic de Vaulion et président du comité directeur de l’AscoVaBaNo, qui présidait aussi aux cérémonies d’inauguration du nouveau collège de Vallorbe samedi passé. «Jours pluvieux, inauguration heureuse» a précisé de son côté le syndic de Vallorbe, Stéphane Costantini, qui s’est réjoui de l’achèvement de cette construction dans un délai record de 13 mois seulement. Il a également rappelé que le grand frère du collège inauguré, aux côtés duquel il est situé, avait quant à lui été inauguré le 1er août 1915, comptait 737 élèves et avait coûtéFr. 600 000.– de l’époque.

Dans la partie officielle, l’assistance nombreuse invitée pour l’occasion aura encore pu entendre Alain Bouquet, directeur de l’Enseignement obligatoire à Lausanne, venu apporter les félicitations et les salutations de la conseillère d’État Anne-Catherine Lyon, ainsi qu’un représentant du constructeur, Jean-Jacques Ghelfi, de la société Batineg, qui a marqué sa satisfaction d’avoir pu mener à chef et dans les temps ce qui était un défi, compte tenu notamment de l’hiver long à Vallorbe. Le directeur de l’établissement, Dominique Valet, a relevé de son côté la fonctionnalité et la parfaite adéquation entre moyens nécessaires et moyens mis à disposition, que ce soit pour les élèves ou pour le corps enseignant. Si la construction est une opération de l’association tout entière, la commune de Vallorbe a mis le terrain nécessaire gracieusement à disposition.

Un bâtiment novateur

Le nouveau bâtiment compte huit classes nouvelles, pour l’instant. Des étapes ultérieures, pas encore planifiées, permettront, le cas échéant, de l’agrandir en fonction des besoins, sans avoir à en démolir une seule partie. À part les classes proprement dites, le bâtiment comporte encore des salles pour les maîtres, des locaux pour le personnel parascolaire, ainsi qu’un grand réfectoire coloré de mauve qui permet d’accueillir une centaine d’élèves. Cette configuration moderne préfigure la nouvelle organisation scolaire à venir, la journée continue qui se profile avec entre autres l’adaptation aux nouvelles normes de la LEO.

Sur le plan de l’énergie électrique, le bâtiment est quasi autosuffisant, puisque ses trois façades munies de 440 m2 de cellules solaires permettent une production de l’ordre de 17 000 kWh par année. Ce chiffre correspond en gros à la consommation de 7 familles, et permettra de vendre du courant pour amortir l’installation puis, dans un second temps, pour financer l’achat des futures cellules solaires de remplacement, après environ 25 ans d’utilisation. À relever encore les prestations chantées amusantes des jeunes élèves en début de programme, ainsi que la présentation par le syndic Stéphane Costantini, de la magnifique fresque réalisée par une jeune ancienne élève, Julie Desseigne, 16 ans, pour qui l’art visuel et le dessin en particulier semblent faire partie intégrante de la vie. Cette fresque ornera désormais l’étage du réfectoire.

Photo Olivier Gfeller