Le découpage d’un porc par une équipe de choc.

Vallorbe: châtaigne en fête portugaise

Pour la première fois, la communauté portugaise de Vallorbe s’est organisée autour de Ina Carneiro Pinto, du magasin «Casa Lamego», pour mettre sur pied samedi passé dans la Halle des Fêtes de la cité du fer une «Fête de la Châtaigne» locale, reprenant les grands thèmes de la fête homonyme lusitanienne qui se déroule aux alentours du 11 novembre.

Fête familiale des récoltes et du vin nouveau – un peu à l’image de la Saint-Martin –, on y déguste les premières châtaignes jetées à même le feu, dans des récipients en terre, ainsi que la «jeropiga», une boisson liquoreuse produite à base de peaux de raisins fermentées et d’eau-de-vie de vin. «Dans les villages, explique Lidia Pessoa, on éteint toutes les lumières publiques et l’on peut admirer en de nombreux endroits les lueurs des feux préparés par les habitants.

En plus, si on n’y prend pas garde, les châtaignes rôties jaillissent seules des foyers comme de petites bombes». Les organisateurs vallorbiers se demandaient si leur fête rencontrerait du succès. Ce dernier aura été au-delà des espérances, puisque 200 personnes s’étaient inscrites au préalable, mais que ce nombre a plus que doublé au décompte final. Il fallait faire la queue pour remplir son assiette, au bar d’une cuisine dans laquelle une quinzaine de bénévoles œuvraient.

A relever encore les prestations artistiques et musicales, l’engagement d’un groupe de cuisiniers rôtissant au feu de bois 4 porcs entiers, avant de passer au rôtissage des châtaignes plus tard dans la soirée. Il doit aussi exister un «téléphone portugais», car des convives venaient de plusieurs régions de la Suisse, de France voisine et même d’Allemagne.