Pascal Couchepin, pendant son allocution

PLR: Pascal Couchepin à Juraparc

Pascal Couchepin, pendant son allocution

Pascal Couchepin, pendant son allocution

Il ne restait pas même un strapontin de libre mardi soir à Juraparc. Le PLR de l’arrondissement du Jura Nord vaudois y lançait en effet officiellement sa campagne en vue des élections cantonales de mars prochain, tout en fêtant l’Indépendance vaudoise.

Ce ne sont pas moins de 250 personnes qui avaient répondu présent à l’appel de la section de Vallorbe, qui sur une idée de Philippe Mamie, avait invité pour y participer et y prendre la parole, l’ancien Conseiller fédéral Pascal Couchepin. Tout ce que les deux sous-arrondissements du district comptaient d’élus ou de magistrats PLR avaient fait le déplacement à l’occasion d’une visite hors norme. Et ce parterre relevé était également composé de nombre de soutiens venus pour témoigner leur attachement aux valeurs défendues par le vieux parti qui fut, ne l’oublions pas, en son temps révolutionnaire.

Il faut oser dire quel est notre bilan

Après les discours officiels de Rémy Jaquier, ancien syndic d’Yverdon-les-Bains, Stéphane Costantini, syndic de Vallorbe et Philippe Mamie, l’ancien président de la Confédération, visiblement ravi d’être présent et avouant même aimer toujours ce contact avec le militant et l’élu de base, «essentiel même à l’heure des moyens de communication moderne» a tenu à relever entre autres la vision pragmatique et axée sur le bons sens du vieux parti. «La fraternité a toujours été l’apanage du PLR, peut-être même un peu plus celle des radicaux que des libéraux …» a-t-il précisé en souriant.

Relevant qu’il se réjouissait de goûter au papet vaudois prévu pour la suite de la soirée, il a incité les membres du PLR à l’action. «Osez donc faire savoir aux électeurs que c’est de cette majorité bourgeoise qu’est né l’assainissement des finances publiques remarquable auquel le canton de Vaud a procédé. Ne laissez donc pas à d’autres le soin de dépenser ce qui a été patiemment mis de côté, ceci pour des projets pharaoniques d’investissements ou des dépenses courantes».

Le génie suisse

Revenant sur la récente confirmation par une agence du fameux triple A de la Suisse, il a expliqué que cette note était le reflet de la gouvernance suisse, qui s’exerce sur trois plans : politique, économique et social. «Nous avons besoin en Suisse d’un Pays de Vaud fort et sans arrogance sur lequel on puisse s’appuyer». Faites donc en sorte de voter et de faire voter dans le bon sens en mars prochain. Revenant enfin sur les futures votations fédérales, Pascal Couchepin a encore fustigé le projet de loi sur le prix unique du livre, «un texte qui vient des années en retard et qui ne colle plus à la réalité d’internet et du livre électronique, même pas prévu par la loi». Et sur celle concernant les 6 semaines de vacances, «que la loi ne peut régler d’un trait de plume» mais qui doivent être le fruit de négociations par branches, là où un tel dispositif est possible.

Photo Olivier Gfeller