Le pasteur Laurent Lasserre.

Pierre Viret va prêcher à Vallorbe en mai !

Le pasteur Laurent Lasserre.

Le pasteur Laurent Lasserre.

On ne sait plus très bien quel jour il est né, mais il n’y pas de doute sur son année de naissance : 1511, à Orbe, il y a cinq cents ans. Bourgeois d’Orbe, son père était tailleur et refondeur de draps.

Mais ce n’est pas dans le textile que son fils va s’illustrer, puisque il va devenir le seul réformateur francophone originaire de la Suisse romande. Plus bas dans la vallée, on célèbre cet anniversaire de multiples façons. A commencer par un spectacle musical qui rencontre un franc succès au-delà des frontières urbigènes.

Une idée qui ne date pas d’hier

Durant ses études, le pasteur Laurent Lasserre a été marqué par le réformateur vaudois. Un peu considéré comme le parent pauvre, en comparaison avec Calvin et Farel, Pierre Viret était selon lui le réformateur consensuel, celui que l’on envoyait au charbon pour calmer un peu les esprits lorsque Farel avait déjà passé quelque part et y avait plutôt exacerbé les esprits avec ses idées novatrices mais parfois choquantes. Homme de terrain, Viret ne se voulait pas un théoricien, mais un réformateur pastoral. Comme ses collègues, Viret a d’ailleurs écrit un catéchisme.

Mais le sien cherchait plus à actualiser, à l’époque, les us et coutumes de la vie avec les écritures plutôt qu’à ériger de nombreux principes théoriques. Faire revivre Pierre Viret est une idée qui trottait donc dans la tête du ministre vallorbier actuel depuis quelque temps déjà.

Quatre cultes particuliers en mai

En mai, les quatre cultes qui seront célébrés à Vallorbe le seront tous sous l’égide du réformateur vaudois. Le 8 mai sera consacré à un cheminement avec les autres communautés chrétiennes. Le 15 mai, une délégation de la Municipalité participera activement au culte (on ne sait pas encore dans quelle fonction, effet de surprise oblige !), avec une liturgie d’époque et une ambiance surprenante.

Le 22 mai, le pasteur Laurent Lasserre offrira un prêche largement inspiré des textes mêmes du réformateur : mots du passé et style particulier seront à l’honneur. Et pour clôturer cette plongée dans l’histoire , le culte du 29 mai, un culte de famille, sera préparé avec des catéchumènes, histoire sans doute de montrer les ponts qui existent entre la pensée de Pierre Viret et son application au quotidien en 2011 par la génération montante. Après ce dernier culte, un repas canadien est prévu à Plan Saint-Jean, si la météo est favorable.

Photo Olivier Gfeller