Françoise et Pascal Locatelli goûtant à leur retraite dans leur jardin à Valeyres-sous-Rances.

Valeyres-sous-Rances: des gens parmi d’autres

Françoise et Pascal Locatelli goûtant à leur retraite dans leur jardin  à Valeyres-sous-Rances.

Françoise et Pascal Locatelli goûtant à leur retraite dans leur jardin
à Valeyres-sous-Rances.

Après 37 ans de restauration au Gaulois, les propriétaires prennent une douce retraite parmi les coteaux de Valeyres-sous-Rances.

Pascal et Françoise Locatelli sont originaires de la Vallée. C’est jeunes qu’ils la quitteront. Pascal à 16 ans, fait son apprentissage de cuisinier au buffet de la gare de Morges. «Une bonne maison» commente-t-il. Françoise, après un apprentissage de commerce à la commune du Chenit, qu’elle termine d’ailleurs en 2 ans ½ au lieu des 3 ans prévus, épouse Pascal. Ils s’établissent à Lausanne. Pascal suit l’école hôtelière et se perfectionne dans divers domaines comme le traiteur par exemple. Ils n’ont que 20 et 25 ans, jeunes parents de deux petits garçons, quand ils se lancent dans l’aventure du «Gaulois». Ils auront plus tard une petite fille.
Au Gaulois, les jeunes Locatelli révolutionnent les habitudes culinaires du moment et séduisent avec leurs poissons.

C’est le 16 octobre 1972, que Pascal et Françoise reprennent la gérance de la rôtisserie du Gaulois fermée depuis 13 mois après la faillite de leur prédécesseur. Pascal a 25 ans, Françoise en a 20 et déjà 2 enfants en bas âge. Elle s’attelle au cours des cafetiers afin d ‘obtenir la patente et la réussit aisément. En 1976, étape suivante, les Locatelli rachètent le Gaulois. Ils y transforment un bel appartement pour y demeurer.

Le Gaulois, certes c’est la rôtisserie, mais c’est aussi et surtout là que Pascal a redoré la féra avec par exemple ses audacieux tartares de féras. Son expérience de traiteur est précieuse. Ses poissons, il va les chercher à la Vallée. Ce seront aussi leurs révolutionnaires quinzaines poissons et crustacés. Il introduit le scampi dans le Nord-vaudois. Quant à elle, Françoise a grillé des kilomètres de faux filets au feu de bois tout en assurant le service!

Pascal se consacre alors entièrement à son restaurant et à sa cuisine. Françoise continue ses formations. De nature vive et curieuse, elle s’intéresse aux choses et retient vite. Elle suivra une formation de découpage de viande, obtiendra un diplôme au cours de marchand de vins à Changins ainsi que le diplôme des sommeliers en 1994.

Parallèlement, Françoise s’investira dans la vie politique de Romainmôtier, sera municipale puis syndique. Elle a aimé cette expérience, les gens au restaurant portaient un autre regard sur elle, les discussions s’ouvraient. Parallèlement, Françoise assurait le service. Le manque de temps et la fatigue l’ont poussée à mettre un terme à sa vie politique.

Ce sont 23 apprenties, 15 en cuisine et 8 au service qu’ils ont formées à eux deux. Les Locatelli sont des battants, entreprenants et optimistes, ils se complètent bien et ont toujours relevé ensemble les défis.

Une retraite où ils ont le temps

Après 37 ans au service de leur restaurant, une certaine lassitude se faisait sentir. En 2009, une opportunité s’est présentée pour remettre le Gaulois, ils la saisissent. C’est cette même année qu’ils viennent s’installer à Valeyres-sous-Rances. Entre deux domaines viticoles, celui du Château et celui du Manoir, ils sont dans leur élément. Le temps, ils se délectent de l’avoir !

Mais ne croyez pas qu’ils restent inactifs, ce serait mal les connaître! Marche, pêche, voyages, chant (à la chorale du Brassus et à l’écho du Suchet), temps passé avec leurs 7 petits-enfants, les occupent. Françoise prend des cours d’anglais; depuis quelques mois, elle prépare le repas et mange avec une vieille dame 3 fois par semaine. Elle rêverait de monter sur les planches, le service dans le fond, c’était du théâtre permanent!

Photo Catherine Fiaux