Nathalie Piguet, municipale et Jean-Paul Widmer, syndic, s’entretenant de la fusion.

Valeyres: séance d’information sur les fusions

Nathalie Piguet, municipale et Jean-Paul Widmer,  syndic, s’entretenant de la fusion.

Nathalie Piguet, municipale et Jean-Paul Widmer, syndic, s’entretenant de la fusion.

Lundi dernier, la Municipalité, sous l’impulsion de son syndic actuel, M. Widmer, a organisé une séance d’information sur la fusion des communes. Les habitants y sont venus nombreux ainsi que quelques municipaux de Rances et quelques jeunes, membres de la Jeunesse de Valeyres; une participation donc très réjouissante!

M. Curchod, responsable cantonal en matière de fusion, a su présenter avec clarté et précision le sujet, tout en restant très accessible et proche du public.
La fusion entre communes est un processus récent dans le canton de Vaud, ayant démarré dès 2000, avec une nette accélération dès 2010. Selon M. Curchod, les fusions sont issues de la simple évolution de la société et sont pour demain et après-demain : il est donc nécessaire de s’y préparer!

Pourquoi fusionner?

Pour renforcer l’appareil administratif, le volume de travail ayant augmenté de manière significative dans les communes; pour remédier au problème de recrutements des municipaux ou pour avoir une place régionale ou un poids politique plus important, entre autres raisons.

Arguments contre la fusion

Il s’agit là essentiellement de peurs, légitimes par ailleurs, comme la crainte de perdre le rapport de proximité avec les autorités, de perdre son identité, peur du changement en général et de l’ingérence de l’Etat, etc… D’où l’importance d’une telle séance d’information. M. Curchod nous rassure, l’adresse postale par exemple, ne changerait en rien, les localités n’étant pas touchées.

Les étapes pour un processus
de fusion
• Souhait au sein des Municipalités de démarrer un projet, avec possibilité de préavis d’intention au Conseil général.
• Etude du projet par des groupes de travail débouchant sur un projet de convention de fusion.
• Phase institutionnelle avec l’acceptation de la convention par la population, ratification de celle-ci par le Canton et, finalement, élection de la nouvelle Municipalité.
• Mise en oeuvre de la nouvelle commune.
C’est donc bien aux Communes de proposer et d’accepter une convention.

Saviez-vous que l’Etat verse une participation financière à tout processus de fusion abouti ? Cette manne de l’Etat, si elle ne doit pas être la motivation, n’en est pas moins significative.
Lundi soir, cette présentation a interpellé les gens, les discussions véhémentes allant bon train lors de la verrée; il s’agit là, sans nul doute, d’un thème relevant de l’émotionnel : il est donc important d’en débattre.

Photo Catherine Fiaux