Le chemin de Marex sera élargi et bien éclairé.

Valeyres : projet de parc éolien convoité

Le chemin de Marex sera élargi et bien éclairé.

Le chemin de Marex sera élargi et bien éclairé.


Projet de parc éolien dans la Plaine de l’Orbe

Suite à la présentation de la société Vento Ludens du 27 octobre dernier, (voir notre édition du 5 novembre) le Président du Conseil général, Raphaël Berthoud a reçu, en début de semaine, un dossier complet de la part de la Société Romande Energie, afin de promouvoir leur offre concernant le projet d’implantation d’éoliennes sur le territoire de la commune de Valeyres-sous-Rances.

Toutefois, la Municipalité ayant déjà donné un préavis positif, suite aux diverses négociations avec la Société Vento Ludens, les conseillers ont dû se prononcer sur l’acceptation, ou non, des conventions liant la commune à la société allemande, en collaboration avec les Services Industriels de Genève, pour l’implantation d’éoliennes dans la plaine de l’Orbe.

Le Syndic, Jean-Paul Widmer a défendu ce projet avec véhémence, malgré le préavis partiellement négatif de la commission nommée pour étudier ce sujet.

En effet, la commission s’inquiète du contenu des conventions : «sont-elles sûres ? ne vont-elles pas à l’encontre des intérêts de la commune ?»

Suite à ces interrogations, le syndic s’engage, au nom de la Municipalité, à soumettre lesdites conventions à un homme de loi, ainsi qu’aux services juridiques de l’Etat de Vaud. Et Jean-Paul Widmer d’ajouter avec véhémence «c’est un projet magnifique, et pourquoi attendre ? Ne mettons pas les bâtons dans les roues des énergies renouvelables, que, pour une fois, la commune de Valeyres-sous-Rances soit la première à se lancer dans l’aventure, prenons le train en marche».

Rassurés par ces propos, le Conseil général accepte le préavis municipal par les deux tiers des voix.

De nouveaux frais en perspectives

Suite à la construction d’une nouvelle zone villas, le conseil a accepté le crédit pour l’aménagement d’une surlargeur du chemin, à vocation première agricole, avec la construction d’un trottoir, ainsi que la récupération des eaux pluviales et de l’éclairage public, pour un montant total de près de cent-deux mille francs.

Et les budgets ?

Ils ont été acceptés sans problème, d’autant plus que le déficit prévisionnel est d’environ Fr. 15 050.–.

Photo Sylvie Troyon