Le cadre verdoyant et enchanteur de la piscine chauiffée de Vallorbe

Saison estivale: dur… dur… pour les piscines

Le cadre verdoyant et enchanteur de la piscine chauiffée de Vallorbe

Le cadre verdoyant et enchanteur de la piscine chauiffée de Vallorbe

La météo très peu estivale de cette première partie de saison n’est pas favorable à l’exploitation des piscines de la région.

Pas plus d’ailleurs qu’à celle des campings. A Vallorbe, la situation est un peu particulière, car la piscine locale est la seule de la région à être chauffée à 25% en permanence. Depuis le début de la saison (16 mai), la fréquentation subit une forte diminution, surtout les après-midis et les week-ends de mauvais temps. Christophe Wirz, son responsable, compte sur le mois d’août pour améliorer une situation défavorable.

«Le matin, précise-t-il, les habitués, amateurs de mouvement, viennent souvent nager mais ensuite ils ne restent pas. La suite de la journée enregistre quant à elle une baisse sensible de la fréquentation. On espère que le mois d’août sera meilleur, y compris pour le camping qui pour l’heure subit le même genre de désagrément. «Il paraît qu’une canicule est annoncée pour le mois d’août… ajoute-t-il avec un sourire». Pas facile de faire fonctionner de telles installations à 750 mètres d’altitude lorsque la météo n’est pas de la partie. Et quand la saison s’étend seulement du 16 mai au 2 septembre.

Équilibre à l’abonnement

A Orbe, les ventes des abonnements a été identique à la saison dernière. Michel Roy s’en explique. «Lors des deux premières semaines d’exploitation, le temps a été convenable si bien que les gens ont pris leur abonnement. Ensuite je dirai que le prix de l’abonnement est bon marché (80 frs pour les adultes, 60 pour les enfants) et nous avons des arrangements particuliers pour les familles qui favorisent la vente.

Puis, j’ai le sentiment que les gens partent moins à l’extérieur pour les vacances, ce qui pourrait expliquer cette stabilité». Trésorière de l’association de la piscine, Fanny Naville partage cet avis mais prévient que le mois de juin a été mitigé en fonction des conditions atmosphériques. Il faudra donc compter sur un mois d’août chaud pour combler le manque à gagner, tout en ajoutant que l’abonnement se vendra à moitié prix à partir de la fête nationale.
Décidément, les années actuelles se suivent et se ressemblent au point que l’été semble bien court dans notre région ou beaucoup trop pluvieux. Malheureusement!

 

Photo Olivier Gfeller