Yves Mouquin devant le Môtier.

Romainmôtier: une UAPE pour la reprise

Il y a un peu plus de dix-huit mois, les communes du Vallon du Nozon sont parvenues à se mettre d’accord sur la création d’une Unité d’Accueil pour la Petite Enfance. C’est dans le cadre d’une discussion en marge de l’Ascovabano que les politiciens de cette vallée ont réalisé qu’il était nécessaire de disposer d’une telle infrastructure pour leurs jeunes élèves.

Enclassés à Romainmôtier, il était bien normal que l’on cherche un local dans ce bourg pour ces gosses de 4 ans et demi à 6 ans et demi. Trois lieux semblaient exploitables. Dans la maison de commune, ces jeunes pensionnaires auraient trouvé place au troisième étage d’où un certain danger. Dans l’ancien EMS Contesse, les frais de rénovation auraient pris des proportions importantes si bien que l’on s’est rabattu sur le Môtier surtout que ce dernier était à vendre.

La commune de Romainmôtier a pris les devants en même temps qu’une association, formée de huit villages (Bofflens, Bretonnières, Croy, Juriens, La Praz, Premier, Romainmôtier et Vaulion) était constituée pour imaginer la structure, après avoir effectué un sondage afin de connaître l’éventuel intérêt des parents. Au terme de cette consultation, il paraissait évident que cette UAPE s’avérait être un besoin.

Un comité directeur était constitué d’un municipal par localité et présidé par Roger Dupertuis (La Praz). Pour sa part, Yves Mouquin (Romainmôtier) s’occupait de faire avancer les choses dans sa localité. Le préavis et les conditions financières pour les travaux étaient accordées en juin 2015 pour un établissement de 24 places dont douze seront à disposition à la reprise des classes en août prochain. Le solde sera aménagé en fonction des besoins.

Les réticences de Croy et Juriens

Après la mise à l’enquête, il a fallu mettre les bouchées doubles dans l’espoir de bénéficier du lieu pour l’été 2016. Si le pari semble en bonne voie, l’Ajoval va devoir fournir le personnel qu’elle a cherché récemment dans les journaux et surtout enregistrer les inscriptions de la première douzaine d’enfants, puisque c’est elle qui gérera l’UAPE.

Si les huit communes se sont réunies pour créer cette UAPE, deux d’entre elles ont pris le risque de ne rejoindre l’association qu’en 2017. Pour des raisons financières puisque rien n’avait été prévu dans les budgets 2016. En se montrant aussi prudentes, Croy et Juriens ont pris le risque de n’être pas prioritaires à l’heure de l’attribution des places.

Pour justifier cet ajournement, la syndique de Juriens, Rosemay Christen évoque sa retenue. «Nous sommes allés très vite en besogne dans ce projet et je crains que certaines instances cantonales nous mettent les bâtons dans les roues. En plus, nous n’avons pas encore présenté de préavis à notre Conseil général et je devine que mes concitoyens ne seraient pas contents de se retrouver devant le fait accompli.

Donc, j’estime que nous ne sommes pas en mesure d’assumer une participation sur 2016 mais sachez que je suis plutôt favorable à la création d’une UAPE». Il n’y a pas de doute que les initiateurs n’ont pas ménagé leurs efforts pour tenir leur pari alors que dans le Vallon du Nozon, on entendait volontiers qu’il n’y aurait pas de garderie avant un quart de siècle ! C’est dire que les choses évoluent extrêmement rapidement de nos jours.

"Romainmôtier: une UAPE pour la reprise", 5 out of 5 based on 1 ratings.