cadre bucolique pour un festival hors du communn.

Romainmôtier: Festival enchanteur

Du 17 au 20 août, le public a pu découvrir la nouvelle mouture des «Scènes du Chapiteau». Au fil des années, ce festival a su imposer sa marque de fabrique sous l’impulsion créative du fondateur Jan Reymond entouré d’une équipe bien motivée et dont les responsabilités sont bien définies et avec l’appui précieux de sa compagne, Delphine André. Situé dans un cadre champêtre, la manifestation est tournée autour du plaisir des sens, de l’originalité et de la poésie. L’esthétisme est soigné, peaufiné jusque dans le moindre détail, comme par exemple le tri des déchets qui sont agrémentés de petits commentaires, ou encore la balançoire accrochée à un arbre, pour le plus grand plaisir des enfants. Les organisateurs ont fait appel à quatre prestataires culinaires pour satisfaire les papilles du festivalier. Ils proposent des mets confectionnés avec des produits locaux: il s’agit de la Rôtisserie du Gaulois, Magalette, Le Petit Four et la Barraquinhamobile ainsi que «L’Ecluse de Léo» pour attiser une petite soif.

Rencontre d’artistes

La programmation musicale offre une qualité d’exécution digne des plus grandes têtes d’affiche ainsi qu’un survol des arts: musique, chansons, théâtre, danse qui prvient des découvertes surprenantes et enchanteresses. En parallèle, la compagnie des «arTpenteurs» jouait le dernier volet de sa trilogie shakespearienne: «Roméo et Juliette». Les arts plastiques sont également présents avec la nouvelle création de Nicolas Coeytaux: «Aglaë», une araignée rose et animée, qui capture les planètes à l’aide d’une toile tissée avec de vieux rayons d’étoile, pour y séquestrer toutes les salades dont elles se nourrissent. Ayant reçu l’automne dernier le Prix Culturel Régional EMOI, les «Scènes du Chapiteau» et les deux autres lauréats, Baptiste Naito, écrivain, et Paul Estier, sculpteur ferronnier d’art, se sont rejoints dans un projet artistique que le public a pu admirer dans la roulotte «Mondrian».