Situation du projet

Romainmôtier 2020: entre enthousiasme et réticences

 

Situation du projet

Situation du projet

Deux conférences et une présentation publique pour imaginer le futur du Vallon du Nozon.

Un projet qui affiche ses ambitions

La présentation du projet, mardi 29 mars, réservée aux médias, était peu suivie. La plupart des grands quotidiens avait déjà fait mention de celui-ci dans leurs colonnes.  Fabrice De Icco, syndic de Romainmôtier, mettait en avant le côté novateur du projet avec un écoquatier (déjà inscrit au concours européen d’architecture Europan) situé près de la gare CFF Croy-Romainmôtier, sur des terres agricoles peu productives et sur l’axe routier Lausanne-Vallorbe, ville desservie par le TGV.

Projet qui reprenait les dernières directives du Plan directeur cantonal comme Pôle centre local. Puis il parlait de la Maison des Moines en ruines (!) pour y créer une école internationale de restauration. Ensuite la création d’un hôtel de 100 lits qui serait situé sur Envy. Il était question de la création d’un musée, de la restauration de la maison de «Champbaillard» et enfin d’une chaufferie à bois pour le Bourg et les bâtiments communaux, et certainement l’abbatiale, puis les réseaux d’eau et des routes.

Croy, partenaire territorial important

Cathy Rochat, syndique de Croy, parlait des jeunes entre 25 et 35 ans, qui ne trouvent pas de logements et partent en ville. Le projet d’un écoquartier et de loyers abordables pourrait pallier à cette désertion «normale» et créer des emplois. Offrir une dimension associative (et non une fusion) pour le Vallon du Nozon dans son entier, ce qui représenterait un partenariat de poids face à l’Etat Vaud.

Le futur de Romainmôtier entre adhésion et réticences

Jeudi 31 mars les habitants du bourg étaient conviés pour une présentation à la Maison de la Dîme. Une équipe d’experts entoure le projet dans les domaines de la construction, du tourisme, du marketing et de la recherche de fonds, et d’investisseurs privés ou institutionnels. Ils ont façonné et programmé ce projet sur dix ans. Le projet étonne et inquiète par son ampleur financière, 55 millions, qui met dans un seul paquet, le réseau routier du bourg en piteux état, la distribution d’eau obsolète (comme dans tout le vallon), la chaufferie (bien perçue par les habitants), la restauration des bâtiments, le musée, l’hôtel et l’écoquartier.

La réticence des uns concerne le financement et l’urgence des travaux concernant le bourg lui-même indépendamment de Romainmôtier 2020. A suivre…

Photo Marlène Rézenne