Philippe Jaussy, organistateur de la Foire aux Livres

Les livres ont la parole

Il y a vingt-deux ans que Philippe Jaussy a émis l’idée d’organiser une foire aux livres. Propriétaire de la librairie-galerie «La Pensée Sauvage» à la Vallée de Joux, ce passionné a regroupé quelque 100’000 exemplaires sous la cantine de Champbaillard.

Couvrant les sujets les plus diversifiés comme la nature, le bricolage, les voyages, la spiritualité, l’archéologie, la géographie, etc, on y trouve des œuvres rares, anciennes, d’occasion, mais aussi modernes. «Ces livres proviennent tous d’achats privés, de dons ou de bibliothèques. Sur quatre jours, la foire a eu un grand succès et a vu passer quelques milliers de lecteurs!».

Une manifestation qui attire encore la jeune clientèle, comme Lydie Schwitzguebel qui participe volontiers aux événements culturels de son village. « Je ne suis pas une grande littéraire, mais c’est important de préserver les livres. Le choix ici est très varié et complet. La foire est également l’occasion de rencontrer les gens».

Histoires mycologiques

Quoi de plus sympathique que de s’asseoir dans un cadre idyllique et se laisser conter des histoires, poème et lectures !
Mis sur pied depuis 1996, la manifestation organisée en collaboration avec L’Arc (Littérature et atelier de réflexion contemporaine) a pour but de promouvoir le goût de la lecture active et partagée. Pendant 24h consécutives, bénévoles et auteurs se sont relayés toutes les heures pour s’adonner à la lecture à haute voix devant un public attentif. Même durant la nuit, les auditeurs se sont montrés présents.

Cette année sur le thème des champignons, la succession des récits s’est déroulée dans plusieurs endroits autour de la célèbre abbatiale.
Robert Joosten est un lecteur bénévole depuis dix ans. L’envie de partager des histoires lui a été transmise par un ami pratiquant lui aussi des lectures ouvertes. Depuis, il a gardé le goût de bouquiner. «Les rencontres mélangent amateurs et professionnels, mais tous sont amoureux de la lecture» dit-il.

A ses côtés, l’écrivaine vaudoise Sylvie Blondel, venue également offrir sa voix aux textes littéraires, explique qu’à ses yeux « la lecture à haute voix prend alors une tout autre dimension».


0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire