Large assemblée attentive à Rances.

Rances: le souci d’accueillir les nouveaux venus

Patrick Simonin, président, se réjouit de la très bonne participation. C’est avec vivacité et humour qu’il mènera ce conseil durant 3 heures! Le budget 2015 du SIAERV ainsi que celui de la Commune sont aisément acceptés à l’unanimité. Dans ce dernier, un déficit de Fr. 2 522.– est prévu pour un total de charges de Fr. 2 069 362.–.

Puis c’est le tour du «relookage» du règlement du Conseil où la marge de manoeuvre municipale est minime. Est prévu entre autres par volonté de dynamisme que le procès-verbal soit transmis par informatique et non plus lu en début de séance. Dommage de ne plus entendre la voix du secrétaire ! Le préavis sera accepté.

Ah la LAT!

A Rances, 2 gros projets en cours d’étude représentant 6 petits immeubles, soit 150 nouveaux habitants potentiels, interpellent. Des conseillers s’inquiètent de savoir si la Municipalité a anticipé les conséquences. Devrait-on revoir le plan d’affectation de zone? «Ah la LAT», commente Rémy Cand, syndic. Selon lui, mieux vaut ne pas réviser ce plan, car cela réduirait très probablement les zones à bâtir. Les infrastructures actuelles supporteront l’augmentation. D’autre part, il rappelle que la sensibilité municipale se porte plus sur l’intégration que sur les coûts de nouveaux habitants. Finalement, après des discussions animées, décision est prise de réunir la commission existante (mais n’ayant pas oeuvré depuis 9 ans) et d’en débattre, plus en connaissance de cause, au Conseil extraordinaire du 17 mars 2015. Là sera aussi présentée une réflexion générale touchant tous les dicastères.

La décision municipale de laisser 10% de forêts en «îlots de vieux bois» afin de faire un pas vers la biodiversité, suscite quelque anxiété vis-à-vis de cette «jungle».

A quand les bisons? Claude Rossier rassure.

Finalement le Conseil se clôt sous les applaudissements aux alentours de 23 h. et laisse place à la généreuse collation offerte par la Municipalité.