Nicole Gaspardi, depuis 29 ans au Comité

USL: vers le démantèlement?

Nicole Gaspardi, depuis 29 ans au Comité

Nicole Gaspardi, depuis 29 ans au Comité

Les sociétés urbigènes membres de l’Union ont reçu ces derniers jours une lettre-convocation dans laquelle on trouve au point 7 de l’ordre du jour la dissolution éventuelle de l’USL. En date du lundi 26 mars prochain, les membres de l’USL devront donc se prononcer sur cette question délicate. En effet, le comité a le sentiment que l’Union des Sociétés Locales a de moins en moins sa raison d’être.

Perte de prérogatives

Cette réflexion est survenue à la suite de plusieurs événements. A commencer par le renouvellement des dirigeants de cette union. Si l’année dernière, Philippe Cochard a accepté de prendre la présidence en remplacement de Dominique Jaccard, il s’avère que personne ne se précipite pour occuper une place au comité. Il est vrai qu’avec le temps, l’USL a perdu quelques-unes de ses prérogatives.

Elle attribuait les lotos ce qui avait provoqué certaines passes d’armes croustillantes à l’époque. Malheureusement, les sociétés ne sont plus intéressées par ce genre de manifestation et s’adressent directement à la Municipalité pour ce type d’organisation. A l’époque, l’USL était sollicitée pour la location du Casino. Une tâche qui a été reprise par le Greffe municipal depuis quelques années tant les sollicitations sont nombreuses.

Lors de la rénovation de l’édifice, le matériel de l’USL a été cédé à la commune. Si bien que le comité n’a plus d’autre tâche que de trouver des partenaires pour la tenue de stands à l’occasion de la fête nationale, en collaboration avec la commune. Autant dire que le pouvoir de l’USL a sensiblement diminué.

Attente de propositions

Comme personne ne le sollicite, le comité a osé se demander si l’Union était encore utile. Cela dit, le comité n’a pas abdiqué et est prêt à entendre toutes sortes de propositions qui pourraient justifier son maintien. C’est pourquoi il attend de connaître l’avis des différentes sociétés sur l’avenir du groupement. Dans les villages voisins, l’USL a encore sa raison d’être pour différentes raisons comme l’organisation de fêtes communes ou pour la location de matériel.

Ce n’est donc plus le cas à Orbe et il faudrait de nouvelles idées et un intérêt de la plupart des sociétés pour donner un sens à l’USL. Il faut donc espérer que les sociétés viendront à cette assemblée générale ordinaire avec des propositions intéressantes. Sans quoi il faudra bien se résoudre à la dissolution car rien ne sert de payer des cotisations à une USL désabusée par le manque d’intérêt qu’elle constate depuis plusieurs années.

Photo Marianne Kurth