François Maréchal, Nicolas Frey, Christophe Hunziker (Verts) et Pierre-Alain Wieland, animateurs du débat sur Gruvatiez.

Orbe: une séance marathon, des débats fleuves

4 h. 40 de séance ont été nécessaires pour venir à bout d’un ordre du jour de 17 points. Deux préavis ont monopolisé l’attention et copieusement nourri les débats des conseillers: l’approbation du PPA (plan partiel d’affectation) «Gruvatiez – En Lavegny» et la fusion d’Urbagaz dans le groupe VO Energies Holding SA.

Un affrontement Verts – PLR

L’avenir de Gruvatiez- En Lavegny se dessine depuis plus de 30 ans et personne ne conteste la nécessité d’envisager le développement de la zone Sud de la cité. Si les PLR considèrent que le projet est mûr et que le PPA doit être adopté, il n’en va pas de même pour les Verts qui ne sont pas satisfaits des réponses apportées par la Municipalité à leurs questions. Pas assez écologique, trop de questions en suspens, trop d’approximations. Dès lors, les Verts proposent le renvoi du préavis.

Pour le syndic Claude Recordon, le Conseil est face à un choix politique pour la ville: grandir ou rester une petite bourgade. Pour le municipal H. Germond, refuser le PPA, c’est retarder la réfection rapide de la chaussée de la rue Saint-Martin, ne pas affirmer la nécessité de l’arrivée à Orbe du RER et mettre en péril le projet de construction d’un centre de santé par les eHnv.

Après deux heures trente de débat et un vote, au bulletin secret, le rapport de minorité des Verts est rejeté, avec 42 voix pour 58 bulletins délivrés, le PPA est accepté. Le référendum spontané demandé par Luiz De Souza ne rencontre pas non plus le succès. Mais les Verts sont convaincus que les Urbigènes ne seront pas en accord avec la décision du Conseil, il est vraisemblable qu’un référendum populaire puisse être lancé.

Les bénéfices de la fusion Urbagaz – VO Energies Holding SA

Deuxième débat fleuve de la soirée: la fusion d’Urbagaz avec VO Energies. Là aussi un rapport minoritaire met en doute le préavis municipal; pour quelles raisons le projet de fusion n’envisage-t-il pas une prise de bénéfice immédiate estimée à plus d’un million de francs pour la cession de cette société qui fonctionne bien?
Claude Recordon et Jacques-André Mayor auront toutes les peines du monde à faire valoir les arguments du préavis municipal. Renforcer la part des communes au capital-actions de VOEH avec 64% du capital, c’est le meilleur moyen pour garder la main sur les décisions tarifaires appliquées aux abonnés du gaz et ainsi maintenir un tarif de distribution très inférieur à celui en général appliqué dans les autres réseaux vaudois. Au final, c’est le rapport majoritaire qui l’emporte largement. La fusion sera effective si le projet est adopté par Chavornay, l’autre propriétaire de la société, puis, si l’assemblée générale de VOEH valide l’accord, en juin.

Et 15 autres points à l’ordre du jour…

En vrac, on peut principalement relever l’assermentation du nouveau municipal Guido Roelfstra, celle de son remplaçant au Conseil, Alain Michel, l’acceptation d’un crédit de Fr. 1 040 000.– pour le plan quinquennal d’entretien du réseau routier 2015 – 2019, ainsi que celle d’un crédit de Fr. 240 000.– pour mettre à jour le plan directeur communal et poursuivre la révision du plan général d’affectation.