Orbe: une démission réfléchie

Hugues Schertenleib quittera donc l’Exécutif urbigène au 31 mars prochain. A 49 ans, il a fait un choix professionnellement intéressant comme un aboutissement de sa carrière dans l’administration fiscale cantonale. «Humainement, je ne me sentais pas en mesure de conjuguer les deux fonctions. Je devrai assister le directeur d’une région qui comprend les districts du Jura-Nord Vaudois, de Broye-Vully et du Gros-de-Vaud. L’investissement est important comme il est conséquent en politique. On dit à Orbe que notre labeur correspond à 40% d’une tâche à plein temps et c’est bien vrai. Donc avec l’éloignement et une voie nouvelle à découvrir, il n’était pas pensable de poursuivre ma tâche de municipal sans risquer de faire mal mon travail».

A la tête des projets

Lors de l’annonce de sa démission, Hugues Schertenleib a évoqué une expérience extraordinaire, hors du commun. Des propos sur lesquels il revient pour l’Omnibus. «La municipalité, c’est comme un mariage ou la naissance d’un enfant, on imagine quelles en seront les conséquences, mais cela ne se passe pas vraiment comme prévu. Auparavant, je veillais à appliquer des directives que je faisais exécuter. A l’Exécutif, vous construisez le projet avec réflexions et analyses dans l’espoir de le voir accepter par vos pairs avec lesquels il faut trouver le consensus nécessaire. Car vous vous trouvez face à des êtres humains que vous ne connaissez pas foncièrement et qui n’ont pas les mêmes intérêts que vous. Donc, il faut convaincre en dépit des mécanismes politiques et humains.

Que la pointe de l’iceberg

La politique vous oblige à vous mettre en avant comme il faut répondre aux attentes de la population. J’ai appris à travailler dans l’intercommunalité avec des collègues, que je ne connaissais souvent pas, et avec lesquels le courant est bien passé. C’est un bel exercice et j’ai toujours senti des gens très impliqués. Je ne pensais pas que cela me prendrait autant de temps et d’implication. Lorsque l’on vous décrit le poste, vous n’en apercevez que la pointe de l’iceberg. Dans le cadre du collège municipal, il faut faire confiance au travail de vos collègues comme il est indispensable d’étudier les dossiers qu’ils vous proposent. Il n’est pas nécessaire d’être toujours d’accord avec les propositions faites, mais le travail est sérieusement accompli. Pour terminer, je dois dire que les conditions étaient agréables et que le dialogue a toujours été de mise».