Le Municipal Luiz De Souza (debout) a été fort sollicité.

Orbe: un budget 2019 modéré

L’ordre du jour de cette avant-dernière séance de l’année ne semblait pas très fourni. Toutefois, il a donné lieu à plusieurs interventions dans le domaine des questions à la Municipalité. Mais pour commencer, il est important de préciser que le taux d’imposition demeure inchangé à 77% du point d’impôt cantonal. Ensuite le préavis sur le budget 2019 laisse apparaître un déficit qui ne se monte qu’à Fr. 279 367.–. Comme l’a précisé le syndic Germond, tous les services ont veillé à ne pas commettre des dépenses particulières dans cette période délicate. En outre, la commune va bénéficier des retombées de la RIE III comme elle a envisagé de puiser dans ses réserves pour un montant d’un demi-million. Il est cependant trop tôt pour aller plus loin dans l’analyse puisque la commission des finances se réunira à plusieurs reprises pour se pencher sur ces prévisions comptables pour l’an prochain.

Foncière, PNV et Fleur de Lys

Henri Germond a informé le Conseil de la concrétisation prochaine de la compagnie «Foncière et industrielle du Nord vaudois SA». C’est le 13 novembre prochain que les actes seront signés par le conseil d’administration qu’il présidera, alors que le syndic de Sainte-Croix Franklin Thévenaz (représentant de l’ADNV) le secondera et que le notaire Olivier Bloch complétera ce triumvirat qui bénéficiera des services de Xavier Duquaine (secrétaire) et Mme Holzer de l’ADNV (comptabilité).

Il faut rappeler que le but de cette société est d’acheter des terrains industriels avec l’aide de l’Etat de Vaud, de l’Association de développement du Nord vaudois et des communes, afin d’accueillir des entreprises sans s’endetter. En outre, il a été dit que le budget pour Orbe de la Police du Nord vaudois a diminué de 4% pour atteindre 1,867 million. A propos de Fleur de Lys, la nouvelle convention n’est pas encore applicable, car elle n’a été signée que par 2 des 3 PPE qui régissent le quartier, pour un aménagement adéquat (jeux, arbres, etc.) d’un projet qui été avait mal ficelé à l’origine.

CCLO et garderies

Enfin, plusieurs conseillers ont posé des questions sur la constitution actuelle de la Commission Culturelle et des loisirs d’Orbe dans laquelle ne figure plus qu’une conseillère communale quand bien même la CCLO dépend beaucoup des deniers de la ville.
On s’est aussi interrogés sur le questionnaire que les communes de l’UCV ont reçu au sujet des crèches et qui diminue le nombre d’exigences tout en imposant certaines normes pour le bien-être et la garde de la petite enfance.