Ils quittent le «navire» après avoir siégé, tous additionnés, qui au législtif, qui à l’exécutif durant plus de 150 ans. De gauche à droite: Christian Michoud, Henri-Louis Vallotton, Dominique Jaccard, Bernard Randin, Pierre Daenzer, Claude Lambercy.

Orbe: un air de passation de pouvoirs ?

Ils quittent le «navire» après avoir siégé, tous additionnés, qui au législtif,  qui à l’exécutif durant plus de 150 ans. De gauche à droite: Christian Michoud, Henri-Louis Vallotton, Dominique Jaccard, Bernard Randin, Pierre Daenzer, Claude Lambercy.

Ils quittent le «navire» après avoir siégé, tous additionnés, qui au législatif, qui à l’exécutif durant plus de 150 ans. De gauche à droite: Christian Michoud, Henri-Louis Vallotton, Dominique Jaccard, Bernard Randin, Pierre Daenzer, Claude Lambercy.

Dernière séance de la législature ce dernier jeudi au Casino d’Orbe, séance dont on ne peut pas dire qu’elle fut de «liquidation» tant les débats furent nourris, intenses et passionnés.

Assemblée marathon donc qui a fortement fait bouger vers le haut la statistique des prises de parole puis-que ce ne sont pas moins de 71 interventions que le Président sortant, Michel Schmuki, a dû gérer lors de cette ultime réunion qui a duré près de 3 h.!

Gestion et comptes 2010

Aucun fait particulièrement saillant quant à la gestion de notre commune l’an passé n’est à relever du rapport soumis à l’approbation de l’Assemblée.
Il en va de même du rapport de la Commission des Finances qui, comme annoncé dans le préavis municipal, ratifie un bénéfice d’exercice de plus de 80’000.-, chiffre allant dans le sens de ce qu’il se passe depuis 4 ans au moins et qui veut que le budget prévoie un déficit de plus de 1 million de francs, pour, finalement, chaque fois boucler avec des chiffres noirs!

Agenda 21 et réponse à la motion S. Metzener, A. Bouverat et C. Hunziker.

Une nouvelle façon d’appréhender la politique?
C’est bien lors du long débat qui a suivi la lecture du rapport au sujet de cet objet que des sensibilités diverses se sont révélées, sensibilités qui n’ont plus eu grand-chose à voir avec le vieillissant débat gauche – droite.

Ce fut plutôt une affaire générationnelle, la garde montante ne voyant aucun obstacle majeur ou particulier à ce que la population soit concernée de manière plus directe et plus constante par les décisions à prendre ou à faire prendre.

Il est bien clair que la «réunionnite», telle que la chose a été qualifiée, est beaucoup plus l’affaire de la frange jeune de l’hémicycle, habituée depuis ses études déjà aux colloques, séances, réunions, voire ateliers et qui ne voit pas d’obstacle particulier à ce que la chose s’applique à la gestion d’une commune.

Ceci se perçoit de manière toute différente dans l’esprit des «moins jeunes» qui n’y voient qu’une contrainte administrative supplémentaire avant toute prise de décision et, quelque part, un déni de leur fonction d’élus.

Force est d’admettre que cette nouvelle manière interactive et novatrice d’envisager le fonctionnement d’une communauté publique a séduit ce soir-là deux conseillers sur trois et qu’il s’est agi là d’une forme discrète de révolution douce dont les effets, qualifiés de forcément positifs par ses tenants, devraient déjà se concrétiser au cours de la législature à venir.

Transports urbains

Le rapport de la commission chargée de l’étude du préavis concernant cet objet a mis un peu de lumière sur divers points restés obscurs ou qui se sont obscurcis après la séance d’information publique qui a eu lieu fin mai 2011.

Là aussi, la discussion fut nourrie touchant au financement de la mise en place de ce service, de son adéquation avec la demande de la population des quartiers périphériques, du système de traction à privilégier, d’une éventualité de période d’essai, de la demande des commerçants concernés de contribuer par ce moyen à la survie de notre Centre-Ville, de l’horaire envisagé et, entre autres, des haltes prévues.

Ce préavis dit d’intention qui ne comportait aucune demande de crédit a finalement été accepté à une large majorité et donne ainsi un appui complémentaire à la Municipalité pour toutes les démarches désormais urgentes à entreprendre pour que cet organisme soit efficient d’ici la mi-décembre de cette année déjà, date officielle du changement d’horaire des transports publics suisses.

Rénovation des locaux de la bibliothèque Tournelle 2

Le crédit de Fr. 240 000.– sollicité pour la rénovation des locaux de la Bibliothèque n’a donné lieu à aucune discussion particulière et a donc été ratifié à la quasi unanimité.
Réponse de la Municipalité à l’interpellation Didier Zumbach et Katia Vivas sur le règlement et les tarifs de l’unité d’accueil (UAPE) transitoire et la politique sociale du réseau LAJE de la région d’Orbe-La Vallée de Joux (Réseau AJOVAL).

En réponse à l’interpellation mentionnée, la Municipalité précise quelques points qui avaient été relevés par ces deux membres du groupe socialiste concernant les transports et la surveillance sécuritaire des enfants, les devoirs surveillés, l’accessibilité via INTERNET aux règlements en application et formules d’inscriptions et, enfin, l’application des divers tarifs en vigueur.

Il s’en est suivi, à ce chapitre aussi, une discussion intense au cours de laquelle entre autres, divers cas précis de dysfonctionnements mineurs ont été mentionnés. Selon Bernard Randin, municipal en charge du dossier scolaire, la complexité du système, qui a dû être rapidement mis en place, comporte effectivement quelques lacunes qui seront corrigées dans les meilleurs délais. Il s’agit de laisser un peu de «temps au temps» pour que tout fonctionne à la satisfaction générale.

Les communications de la Municipalité comportaient divers points dont, en particulier la répartition des dicastères pour la législature 2011/2016, Nous reviendrons sur ce sujet dans une future édition.

Quelques remarques diverses au sujet du nouveau parking de Saint-Claude, de véhicules communaux qui devraient être équipés au gaz par respect de l’environnement, de l’éclairage intérieur de la Tour Ronde, d’une meilleure équité dans le subventionnement des sociétés sportives ainsi que des remerciements adressés par leurs présidents respectifs aux membres des commissions de gestion et des finances ont conclu la partie officielle de cette séance pour le moins vivante.

Une ultime partie oratoire réservée à quelques discours de fin de législature exprimés par Michel Schmuki, Bernard Randin et Claude Recordon ont précédé une verrée aussi méritée qu’appréciée de toutes et tous.

Photo Willy Deriaz