Orbe: SICUP en stand-by, vers une dissolution ?

Le comité de la SICUP est démissionnaire, mais, pour le moment n’a pas trouvé de repreneur. Une dissolution ne paraît plus tabou.

LA SICUP (Société Industrielle et Commerciale d’Utilité Publique), qui regroupe aussi bien les commerces que les entreprises de la place, est en quête d’un nouveau comité. Pourtant, élu en 2009, le nouveau comité de la SICUP (Jonathan Gombert, Nicolas Frey, Frédéric Richard, Valérie Salone et feu Nicole Gaspardi) était plein de nouveaux projets. Il a essayé de redynamiser cette société, a révisé et simplifié les statuts. Plusieurs groupes de travail ont été mis sur pied, l’un pour entretenir les relation avec les autorités communales, un autre devait s’occuper de resserrer les liens entre les différents membres, ou encore un autre de concevoir et animer un site web digne de ce nom. (Cf. www.lomnibus.ch; article du 05.10.2009). Quelques-uns de ces projets ont été menés à bien comme entre autres : le nouveau site, les collaborations avec l’ADNV, plusieurs conférences du 5 à 7 des entrepreneurs, le marché Saveurs et Senteurs... D’autres ont de la peine à trouver un consensus, les attentes et les besoins des différents acteurs étant souvent très éloignés les uns des autres.

Tout le comité souhaite arrêter, mais personne ne s’est annoncé pour reprendre les rênes. Patrick-Louis Duruz du K’rioc et Evelyne Rossopoulos d’Envie de voir sont les seuls qui se sont dits éventuellement intéressés (parmi les personnes rencontrées). Comme dans la plupart des associations, la relève est difficile à trouver. Actuellement, le comité s’occupe uniquement de la gestion courante mais n’entreprend plus rien d’autre. L’organisation du marché des Saveurs et Senteurs va probablement être reprise prochainement pas un groupe privé avec un parrainage de la SICUP, mais rien n’est encore sûr. Si la situation perdure une assemblée extraordinaire sera convoquée et la société dissoute.

Entreprises versus petits commerces

Il était ressorti déjà lors des ateliers de l’Agenda 21 que les commerces et boutiques du centre-ville souhaitaient pouvoir faire valoir leurs idées, indépendamment de la SICUP.

Plusieurs commerçantes sont d’accord pour entreprendre des actions ponctuelles, décorations de Noël, sacs des commerces d’Orbe (voir encadré), mais ne veulent pas s’engager dans «la conduite d’un gros bateau».

Travaux au centre-ville

Pour le moment, leurs soucis principaux sont les prochains travaux de la Grand’rue et la transformation de la place du Marché. Les commerçants du centre se sont groupés en une association informelle pour pouvoir dialoguer avec la Municipalité, le temps des travaux. Ils sont inquiets que cela fasse fuir les clients et sont toujours très susceptibles quant au nombre de places de parc. Une rencontre aura lieu prochainement.

Photo Natacha Mahaim

Made in China chez les commerces urbigènes

Vous avez certainement remarqué les jolis sacs de courses réutilisables qui sont à vendre dans les commerces urbigènes. Et bien, comble du paradoxe, ces sacs ont été faits en… Chine. On pourrait s’étonner que les commerçants locaux fabriquent un produit si loin. La raison en est toute simple: il n’a pas été possible de faire autrement. Le concept a été réalisé par une graphiste de la place.

Elle a vainement cherché une entreprise locale, puis au niveau suisse, ensuite ses recherches se sont étendues en Europe. Elle a bien trouvé une firme polonaise qui aurait pu s’en charger, mais elle sous-traitait en Chine. Bref, même à Orbe au niveau des commerces locaux on n’échappe pas à la Chine!