Orbe

Orbe: recherche une Winkelried, désespérément!

Orbe

Orbe

Ultime séance de la législature sans trop de problèmes pour le président sortant Denis Tschannen qui a, en fin de session, remis le sceptre de premier magistrat de la commune à son successeur brillamment élu, Nicolas Frey.

Dans la foulée, les nouveaux membres du bureau ont été plébiscités, qui au bulletin secret, qui par lever de main en les personnes de: Jean-Marc Bezençon, 1er vice-président, Pierre-Alain Wieland, 2e vice-président, Jorène Jean et Gilbert Locher comme scrutatrice/scrutateur puis Deslarzes Charlotte et Cochard Philippe en qualité de scrutatrice/scrutateur suppléant(e)s.

Sevrés de présence féminine de longue date déjà à l’Exécutif, force est de constater que le «beau sexe» ne brille guère à l’horizon des membres du législatif puisque ces dames n’exercent que quelques fonctions que, tout mépris oublié, il y a lieu de considérer comme subalternes.
Quid d’une parité aujourd’hui élevée au rang de dogme dans certains hémicycles et revendiquée parfois avec éclat ?
Le message semble peu passer à Orbe. Le pourquoi est encore à définir. Le regret est certain.

Gestion et comptes
Le rapport des Commissions de gestion et des comptes ainsi que les réponses municipales aux divers vœux et observations n’ont guère ému les esprits et le déficit de plus de Fr. 800 000.– constaté sans commentaires particuliers.

Acceptation d’une succession

Même pas une question quant au montant en cause lors de l’acceptation d’une succession. La curiosité n’était guère à l’ordre du jour ce dernier jeudi…

Demande de crédit d’étude pour la révision du plan de quartier «Creux-de-Rave»

Ce sujet ayant ému le landerneau public via quelques lignes bien senties parues dans votre journal préféré, un relais était solidement et logiquement attendu ce soir-là. Il est finalement bel et bien resté attendu puisque ce point n’a provoqué aucune discussion !

Taxe relative au financement de l’équipement communautaire

Ici également, sujet précédemment abordé dans notre presse locale, à part quelques modestes modifications toutes cosmétiques revendiquées par la commission dans le libellé dudit règlement et qui ont connu des destins divers, aucune fronde ne s’est manifestée.

Passage à niveau du chemin de l’Etraz

Le dernier gros conflit rail-route que comporte encore le tracé de notre TGV local va être «assaini» à la satisfaction générale, ceci moyennant une participation publique de Fr. 230 000.–, dépense ratifiée à l’unanimité.

Aménagement au Collège du Pré-Genevois

Il n’y avait pas lieu de craindre quelque opposition que ce soit à cette demande de Fr. 87 000.– afin de mettre en conformité 8 classes 1H à 6H en vue de la rentrée 2013, tout en n’oubliant pas le lancinant problème de la mini-déchetterie sise devant l’entrée du bâtiment.

Consolidation d’une paroi rocheuse au Chemin des Présidents

Un réel danger de chutes de pierres nuisant lourdement à l’aspect bucolique de ce parcours apprécié des promeneurs et autres joggeurs, un crédit de
Fr. 60 000.– a été entériné quasi joyeusement pour en consolider une parcelle.

Nouvelle caserne des pompiers

On retient de la réponse municipale à une intervention de P-A. Wieland, concernant la construction de la nouvelle caserne des pompiers, que les quelques modifications auxquelles il a fallu procéder un peu dans l’urgence en cours d’érection du bâtiment, n’obéreront quasi pas le décompte financier final.

Nos (moins) chères écoles

De la bouche de Hugues Schertenleib, municipal en charge des écoles, nous apprenons que l’organisation imaginée suite à la dissolution de l’ASIBCO doit encore recevoir l’aval du canton. Il a souligné que cette nouvelle entité, largement revue à la baisse en ce qui concerne l’engagement de notre commune, générera de facto, une facture et un fonctionnement finaux moins lourds. Voilà au moins deux éléments dont personne ne se plaindra.

Diverses interventions touchant à l’assèchement de la fontaine de la rue Sainte-Claire, aux éventuels dégâts aux structures techniques en sous-sol que pourraient générer les moult passages du nouveau bus urbain aux mêmes endroits ainsi qu’au financement de la rectification de la «bosse à Bossel» du haut de la rue du Moulinet ont conclu une séance qui avait été, à tort donc, crainte comme pouvant se révéler celle de «tous les dangers».

Courtoisie et bienséance ont régné ce dernier jeudi à l’Hôtel de Ville. Comme un calme après une tempête qui a marqué les mémoires!