Orbe: nouveaux citoyens spontanés et enjoués

Ils étaient près d’une soixantaine à avoir répondu positivement à l’invitation des autorités d’Orbe. Pour la plupart jeunes gens nés en 1995 et fêtant leurs 18 ans dans l’année en cours ou des personnes ayant choisi de devenir bourgeois d’Orbe. Ils ont été accueillis successivement par le syndic Claude Recordon, par le président du Conseil Communal Denis Tschannen et par la préfète du district Evelyne Voutaz. Après avoir visionné un film aérien sur Orbe et avoir reçu quelques documents et entrées dans des sites urbigènes, ils ont pris le chemin du Casino pour un petit souper sympathique.

La bagnole et les boîtes

Avoir 18 ans procure quelques avantages bienvenus. Pour Marine, c’est avoir accès aux « boîtes » et forcément le nom du MAD à Lausanne revient en premier lieu. Pour d’autres, c’est l’accès à la voiture qui procure cette liberté qui manquait jusqu’ici. Samanta pourra se rendre au cinéma à sa guise ou encore courir les soldes librement (elle a remarqué des chaussures chez Superdry qui lui irait à la perfection). Charlotte, elle, se réjouit d’aller voter

et attend avec impatience de donner son avis à travers les urnes alors que Laurenne se réjouit de pouvoir boire librement de l’alcool, spontanément et avec humour, sans exagération précise-t-elle. La perspective d’entrer dans des discothèques les réjouit presque tous. Il faut bien vivre et se distraire, même s’ils ne sortent pas tous les week-ends.

Voyage à travers les métiers

Tous sont engagés dans la vie. Plusieurs poursuivent des études et sont encore au gymnase. Ce qui ne les empêche pas de savoir déjà ce qu’ils veulent atteindre. Christelle veut devenir maîtresse de sport, Maude choisira médecine, Lena le tourisme, Charlotte se dirige vers les sciences sociales et Sarah, comme d’autres, a pris le choix de l’enseignement. Fiona hésite entre infirmière et physiothérapeute. Nombreux sont ceux qui ont préféré l’apprentissage comme Audrey, Raquel et Anchana (commerce); Samanta sera médiamaticienne, Patrice a choisi l’horlogerie, Alexandre va devenir monteur-frigoriste, Manon aide en pharmacie et Yannick adore son métier de peintre. Enfin, quelques-uns cherchent encore leur voie et fréquentent l’OPTI ou le Semo.

Une fois de plus, on a eu la preuve que notre jeunesse est bien portante et que c’est toujours un plaisir de la rencontrer. Dommage qu’ils ne soient pas plus nombreux à répondre à cette invitation qui n’est officielle que sur un court instant pour laisser rapidement place à la convivialité et à l’échange. Nous reviendrons du reste sur cette manifestation lors de notre prochaine édition.
Photo Pierre Mercier