Henri Germond

Orbe : le commerce au centre-ville

Henri Germond

Henri Germond

Le municipal urbigène Henri Germond s’est rendu à Bienne pour suivre une conférence de l’ASPAN qui se préoccupe de l’avenir du centre des villes qui subissent toutes une désertion des commerces. Parmi les différentes mesures proposées, la promotion des commerces est indispensable comme il est impératif de faciliter leur évolution en leur permettant, à l’occasion, d’occuper le territoire communal sans frais.

Dans certaines localités, on est allé jusqu’à interdire la prolifération de commerces à l’extérieur de la localité. D’autres sont allés à la recherche de sponsors afin d’aider les commerçants à trouver des loyers abordables pour leurs activités, tout cela avec l’aide des municipalités. Il est entendu également que ces marchands doivent se prendre en charge afin de dynamiser le commerce local par des actions sympathiques.

Parquer à proximité

On retiendra qu’à Sion, on est parti du principe que les magasins ne devaient pas se trouver à plus de 200 mètres du parking le plus proche. Il a été dit également que l’on ne pouvait pas supprimer le passage de la circulation dans une ou des rues sans avoir une solution de parcage dans les environs immédiats. Il a été précisé de veiller à ne pas concurrencer bêtement un centre-ville par un autre emplacement commercial proche.

Il a aussi été recommandé de désigner un répondant local afin de veiller aux problèmes liés à l’aménagement des centres de manière à en faire des lieux de rendez-vous incontournables.

Des solutions qui remettent en question certaines théories sur le commerce en ville et qui nécessiteront probablement une réflexion des municipalités si elles ne veulent pas que l’endroit névralgique de leur cité devienne une morne plaine. Un thème nouveau qui devrait être débattu avec les commerçants d’Orbe, en espérant que la Sicup (Société commerciale et industrielle d’Orbe) se trouve un comité pour étudier ces différentes pistes avec l’autorité locale, concernant l’avenir de la Place du Marché, de la Grand-Rue et de la rue Centrale.

Photo Pierre Mercier