Qui entrera à l’Hôtel de Ville en juillet 2016 ?

Orbe: la course à la Municipalité

Une petite centaine d’électeurs a répondu à l’invitation de l’Omnibus de venir assister à un débat entre les 8 candidats aux 4 derniers sièges municipaux. Cet échange a permis d’une part à chacun de se présenter puis de débattre sur les trois thèmes de sécurité/police, structures de la petite enfance et finances.

Sur le thème de la sécurité en général, mais surtout sur l’option de rester dans la structure de la Police Nord vaudois ou d’avoir recours aux services de la gendarmerie, les avis sont partagés, tout comme ils l’étaient déjà lors du débat du conseil communal en 2011-2012 (décision à une voix près!). Si André Truffer insiste pour une police de proximité, chacun des candidats s’accorde à dire que la sécurité est une priorité absolue, mais son prix est généralement estimé très, voire trop élevé. A dire vrai, l’essentiel des candidats a dit attendre le rapport de la Municipalité sur la motion Wieland pour forger son opinion.

Petite enfance

En ce qui concerne les structures liées à la petite enfance, garderies et UAPE, là aussi chacun reconnaît leur nécessité afin de donner des solutions aux parents ayant une activité professionnelle. Mais là encore les coûts à charge des communes sont élevés. Du côté de la droite de Myriam Schertenleib et Guido Roelfstra et Guy Duplan, on reconnaît ces nécessités, même si «philosophiquement» on aimerait voir une plus grande implication des parents dans la prise en charge des enfants. A gauche, Fanny Naville et Luis De Souza, tout comme Mary-Claude Chevalier (UL) insistent sur le fait que dans le mode de vie actuel, plus de 70% des femmes ont une activité professionnelle et que des solutions de prises en charge des enfants sont indispensables.

Finances

Naturellement, le thème des finances est prioritaire, surtout dans ces périodes où les comptes et les budgets communaux sont dans le rouge. Mais là, le degré d’alarme n’est pas le même chez les candidats.

Loris Koenig a jeté plus qu’un cri d’alarme puisqu’il a jugé la situation des finances communales catastrophique ou en surendettement, au point de vouloir ou devoir geler immédiatement tout nouvel investissement.

Tous les autres candidats souhaitent certes aussi que soit portée une attention plus pointue sur les plans des investissements, avec plus de rigueur sur la définition des priorités; ils estiment toutefois qu’il serait faux de bloquer tous les investissements. A noter que personne n’a évoqué une hausse des impôts.

Au terme de ce débat, tous ont dit leur attachement à la localité et prêts à œuvrer pour des jours meilleurs. On notera tout de même que Loris Koenig a dit se présenter, considérant ses rivaux inconscients de la réalité financière de la commune. A noter que Myriam Schertenleib et Mary-Claude Chevalier ont annoncé qu’en cas d’élection, elles renonceront à leur activité professionnelle.

Ainsi, les dés sont jetés et il incombe maintenant aux électeurs de voter.