Des apprenties de commerce de la région étaient venues assister aux débats dont Anchana Thambiaiya (Commune d’Orbe), Ivana Mitrovic (Busset Transports) et Raquel Baia Gonçalves (Gesthom).

Orbe: feu vert pour un EMS

Après un préambule consacré à la fusion avec les communes de Montcherand et Sergey, les conseillers se sont penchés sur le rapport concernant la cession d’une fraction d’une parcelle communale pour la construction d’un EMS.

Le groupe des Verts, par l’intermédiaire de Nicolas Frey, a posé plusieurs questions. Sur le prix de vente de la parcelle, fixé à Fr. 180.– alors qu’il aurait pu être de Fr. 200.– et sur l’intérêt du «prêt» de cette parcelle qui se situe derrière le Motel des Mosaïques, à 5% comme l’Etat de Vaud le répercute.

C’est surtout la construction d’une centrale de chauffe qui a inquiété certains conseillers. Toutefois, le préavis ne laisse pas d’alternative à la société Saphir qui devra construire cette annexe sans que l’on sache aujourd’hui qui elle desservira à part cet Etablissement Médico-Social, car l’approche de propriétaires de bâtiments environnants comme des futures constructions scolaires n’est pas terminée. Finalement, le Conseil a suivi la Municipalité à l’unanimité moins quatre abstentions. Cet objet rapportera 4,2 millions en 75 ans alors qu’une vente directe aurait été à peine supérieure au million.

Circulation et Agenda 21

Les autres préavis, demande de crédit pour la réfection d’assainissement d’eaux usées à la Tour Carrée et le plan partiel d’affectation du Puisoir, n’ont pas fait l’objet de débats. C’est au chapitre des divers que les conseillers se sont à nouveau manifestés. Notamment au sujet de la circulation au centre-ville pendant la deuxième phase des travaux de la Grand-Rue du 13 avril à fin mai, qui nécessitera le changement définitif du sens de circulation de la seule possibilité d’évacuer le centre-ville, par la rue Sainte-Claire et Remparts Nord (dans le sens contraire qu’actuellement).

Il a aussi été question du futur du bâtiment de tête de la cantine du Puisoir qui avait fait l’objet d’un débat dans le cadre d’Agenda 21. Henri Germond a concédé que la Municipalité n’avait pas, pour l’instant, la possibilité de rénover ce bâtiment alors que les participants, membres de sociétés en particulier, s’attendaient à des travaux dans un avenir très proche.