Pierre-André Vuitel se bat comme un beau diable pour sauver son musée.

Orbe: des échéances soudaines

Pierre-André Vuitel se bat comme  un beau diable pour sauver son musée.

Pierre-André Vuitel se bat comme
un beau diable pour sauver son musée.

Vendredi dernier, Pierre-André Vuitel, le responsable du musée «Au fil de l’eau», tenait conférence de presse, à la veille des journées du Patrimoine, en compagnie des présidents du Théâtre de la Tournelle (Isabelle Monnier-Cuche) et de la Commission Culturelle et des loisirs (Patrice Lefrançois). Ensemble, ils ont défendu leur projet de créer une maison de la culture à Orbe. Idée louable certes mais dans un bâtiment qui n’appartient pas à la commune, qui participe un peu à une étude du propriétaire sur l’avenir de la bâtisse.

On peut comprendre l’entrain de M. Vuitel qui tente par de nombreux moyens de sauver le lieu qu’il a forgé avec ses collaborateurs d’Eau 21. Son bail arrive tranquillement à son terme et, en plus, VO Energie va quitter le bâtiment ce qui le privera de sa source énergétique. En outre, il emploie des gens en instance de réinsertion professionnelle (ORP) dont le contrat doit être renouvelé prochainement avec l’Etat de Vaud. Autant d’épées de Damoclès qui incitent le gérant à se battre pour l’avenir de son musée remarquable. Malheureusement, la commune d’Orbe ne peut lui donner aucune garantie pour l’instant. N’étant pas propriétaire des lieux et ne sachant pas quel investissement elle devrait consacrer à l’achat et à la rénovation de cette aile des anciens Moulins, elle demeure sur la réserve à l’heure où d’autres infrastructures coûteuses et nécessaires se profilent.

Maladroit

Oubliée malheureusement par l’initiateur du projet, l’école de danse Harmonia a fait circuler dernièrement une pétition afin que ses locaux, à l’intérieur de ce même bâtiment, ne soient pas sacrifiés. Si la démarche n’était pas exemplaire (le Conseil communal comme la Municipalité ne peuvent pas se prononcer sur ce sujet, comme vu plus haut), rappeler que ce studio existe bel et bien, n’était pas inutile. Dommage que vendredi dernier, les responsables de Harmonia ont cru bon d’ignorer la conférence de presse, en accueillant leurs fans, juste à côté du musée. Comme un pied de nez ou un défi qui ne servira qu’à diviser les acteurs culturels d’Orbe!