Le Commandant de la police d’Yverdon : M. Pascal Pittet.

Montcherand: premier conseil général au ton policier!

Le Commandant de la police d’Yverdon : M. Pascal Pittet.

Le Commandant de la police d’Yverdon : M. Pascal Pittet.

A l’appel dicté par Isabelle Blanchet, secrétaire du Conseil général, 32 conseillères et conseillers répondent présents. En ouverture de séance, Christophe Rapin, président, à tâche d’assermenter trois nouveaux membres, Wittwer Dominique, Antoine Rodrigues et David Massard, ce qui amène le Conseil au nombre de 52 membres.
L’arrêté d’imposition pour une durée de cinq ans passe du taux de 67% à 69% de l’impôt cantonal de base.

La bascule de 2 points d’impôt du canton à la commune dans le cadre de la réforme policière prévue pour le 1er janvier 2012 en est la cause. Les impôts divers inhérents à la commune sont restés inchangés. Après lecture positive du rapport de la Commission des finances par Michel Greppin, l’arrêté d’imposition a été approuvé à l’unanimité

A l’ordre du jour, une autorisation de vente de terrain communal et l’autorisation à la Municipalité de disposer de 50’000 francs de dépenses imprévues par année ont été acceptées à une large majorité.

Après la lecture du rapport de la commission de gestion par José Goy, la parole est donnée au commandant de la police d’Yverdon, Pascal Pittet, qui a présenté le projet organisationnel de police régionale du Nord Vaudois qui intéresse la commune de Montcherand. Une vulgarisation de l’exposé très intéressant, qui a eu l’avantage d’être clair et simple dans les explications de fonctionnement et de financement.

A savoir, que dès janvier prochain, un corps de police communale ou intercommunale pourra assurer toutes les missions générales de police et de proximité. Cela concerne les violences domestiques, les incivilités, dommages à la propriété, accidents de tous types, bagarres et autres enregistrements des plaintes pénales. Les coûts pour la première année de fonctionnement seront couverts par le report des deux points de la bascule cantonale, le report des coûts par la suite, sera calculé selon une formule de péréquation, nombre d’habitants et importance de couverture de missions.

La décision d’adhésion à cette police de proximité sera prise lors du prochain Conseil général du 8 décembre prochain.

Photo Alain Michaud