Patrick Simon

Montcherand: Patrick Simon s’en va

Patrick Simon

Patrick Simon

Lors de la dernière séance de la Municipalité de Montcherand, Patrick Simon a présenté sa démission après deux ans d’activités en son sein. «J’avoue que je suis fatigué de la politique. Nous accomplissons une sorte de bénévolat et j’ai de la peine à comprendre que mes concitoyens manquent de respect», nous dit le municipal des S.I. (eau - gaz – déchetterie et police des constructions).

«Certains sont arrogants et je ne supporte pas leur façon de m’invectiver. Il devient de plus en plus difficile d’accomplir son mandat. Egalement parce que le canton intervient constamment dans nos affaires et nous ramène au rôle d’exécutant. Je ne me sentais plus membre d’un exécutif. En outre, j’ai de nouvelles obligations professionnelles et j’entends les assumer comme je souhaite préserver ma famille, qui est déterminante dans ma vie.

Il y a un an, je me suis présenté à nouveau dans le but d’accomplir mon mandat de cinq ans. Mais j’avoue que je me suis lassé du job durant les deux années que j’ai passées à la Municipalité. Pourtant, j’aimerais relever que je ne m’en vais pas parce je ne m’entendais pas avec mes collègues. Du reste, j’ai accepté de rester en place jusqu’au 30 septembre prochain. Honnêtement, je ne suis pas triste de quitter ma fonction car je ne supportais plus ce manque de reconnaissance».

Toujours plus difficile

De son côté, le syndic Jean-Michel Reguin regrette ce départ. «C’est d’autant plus dommage que Patrick est un jeune du village. Mais comme je le dis depuis des années, nos citoyens sont toujours plus exigeants et pas davantage tolérants. Cela ne rend pas facile la vie des autorités et j’aimerais que mes concitoyens se montrent plus compréhensifs même s’ils ont le droit de donner leur avis sur les affaires communales. Je comprends la démission de Patrick Simon, qui a été harcelé notamment au niveau de la déchetterie ou de la police des constructions. Je lui souhaite de retrouver la sérénité qui lui a manqué lors de ces derniers mois et je le remercie d’avoir accepté de poursuivre son activité jusqu’en septembre avant de prendre sa «retraite politique».