Le bureau du conseil a été reconduit avec de droite à gauche: le président Christian Lambery, la vice-présidente Marilyse Bertholet et la secrétaire Liliane Lambercy.

Les Clées: bénéfice et déchets

Le bureau du conseil a été reconduit avec de droite à gauche: le président Christian Lambery, la vice-présidente Marilyse Bertholet et la secrétaire Liliane Lambercy.

Le bureau du conseil a été reconduit avec de droite à gauche: le président Christian Lambery, la vice-présidente Marilyse Bertholet et la secrétaire Liliane Lambercy.

Les comptes de cette commune n’ont pu que réjouir l’assemblée puisque un bénéfice de Fr. 10 038.– a été enregistré en 2012 alors que le budget prévoyait un découvert de Fr. 28 620.–. Si l’on ajoute qu’un amortissement supplémentaire de Fr. 15 000.– a été effectué, l’exercice comptable a été extrêmement positif grâce à une belle rentrée d’impôts et aux revenus de la taxe remblais sans oublier les économies faites sur les travaux (Croix Fédérale et collège).

Dans le cadre de la gestion communale, certains citoyens ont souhaité que la commune revoie l’emplacement des poubelles à l’entrée de la localité et surtout se sont élevés contre le fait d’aller livrer les déchets verts à L’Abergement. La syndique Marinette Benoît leur a répondu qu’il n’y avait pas d’autre emplacement sur le territoire, site qui sera aménagé, et que la solution pour les déchets verts était la plus économique pour la commune. Elle a aussi informé que l’introduction de la taxe au sac allait réduire de moitié les frais d’ordures!

Pas de fusion avec Orbe

Le conseil a admis la création de deux commissions, pour l’adhésion au SDIS de Vallorbe et pour la vente des infrastructures gaz à VO Energies, ainsi que pour l’éclairage public à la Russille. Mme Benoît a ensuite informé sur le projet de fusion. Après une consultation de la population, seul Sergey accepterait de se lier à Orbe alors que les Pique-Raisinets et Les Clées ne sont pas favorables à cette perspective. Elle a précisé que sa municipalité était de cet avis et que les voisins de L’Abergement, Lignerolle, Rances et Valeyres ne souhaitaient pas aliéner leur sort.

Photo Pierre Mercier