On arrive pour la séance «dessous l’Eglise».

Les Loups choisissent la taxe au poids

On arrive pour la séance «dessous l’Eglise».

On arrive pour la séance «dessous l’Eglise».

Les oreilles des dirigeants de la STRID ont dû siffler jeudi soir. Au Conseil général de l’Abergement, présidé par Jean-Paul Vulliemin, on a en effet vivement critiqué le système de la taxe au sac modèle STRID «qui ne résout rien ou presque en termes de pollution et d’élimination des ordures ménagères, mais dont l’organisation coûte très cher pour ce très faible retour.

Les gens trient peut-être un peu plus, mais c’est vraiment le seul avantage par rapport à la situation antérieure» a rajouté l’ancien syndic Roger Roch. Dans la foulée, et après une discussion nourrie, le délibérant des Loups a entériné le projet municipal de taxe au poids, présenté en détail par le municipal Patrick Jordan, qui comprend la pose de deux Moloks semi-enterrés pour un investissement de l’ordre de Fr. 28 000.–. Les usagers seront munis de cartes magnétiques personnelles permettant le pesage par foyer et l’établissement d’un décompte annuel, sur la base d’une taxe de 60 centimes par kilo.

Comptes 2012 et nouveau SDIS

Au chapitre des comptes et de la gestion 2012, pas de débat et un vote unanime en faveur de cet objet. La commune a réalisé un léger excédent de recettes de Fr. 12 000.– sur un total de recettes et dépenses de l’ordre de 1.37 millions de francs. Le projet de SDIS Vallorbe Région a lui aussi été accepté. L’adhésion à Vallorbe est plus naturelle qu’avec Orbe. De plus elle coûtera environ Fr. 35.– par an et par habitant, alors «qu’une adhésion au groupement d’Orbe aurait coûté beaucoup plus cher» selon la commission chargée d’étudier cet objet.

La municipale Simone Gudrna est revenue sur la mort annoncée de l’ASIBCO, et sur le fait que la nouvelle répartition des élèves permettra à la zone dont relève le village de réaliser des économies de frais de transport de l’ordre de 30%. De son côté la syndique Monique Salvi, a rappelé que le projet de PGA n’avait pas passé l’examen préalable cantonal et faisait l’objet de nouvelles études. Jean-Paul Vulliemin a été brillamment réélu dans sa charge de président du délibérant communal.

Photo Olivier Gfeller