Des nouvelles de l’hôpital d’Orbe et des eHnv

Conseil de fondation de l’hôpital d’Orbe

L’assemblée statutaire a été rondement menée sous la présidence de Claude Recordon et en présence du directeur général des EHNV, Robert Paul Meier. Un retour sur les activités 2011 montre un taux d’occupation de 92% pour le secteur hospitalier et une occupation totale du secteur hébergement qui absorbe difficilement une demande élevée. M. Arm, responsable du site illustre les activités de l’année 2011 en présentant la variété des métiers de l’hôpital, de la logistique qui demande des gestionnaires en intendance, en passant par les métiers classiques de soins infirmiers, sans oublier les premières volées d’ASSC, assistants en santé et soins communautaires qui prennent encore leurs marques ; sans omettre bien sûr les médecins, et parmi ceux-ci les médecins assistants notamment en charge de la policlinique.

Celle-ci, à défaut d’atteindre l’équilibre financier, présente un bilan de fréquentation satisfaisant, à hauteur de 6300 consultations l’année dernière. Toutefois la direction va entamer une réflexion pour préciser la mission de cette policlinique, son positionnement par rapport à Yverdon et Saint-Loup, notamment sur la question de savoir si elle peut assumer un accueil en pédiatrie pour des situations bénignes.
Sur le plan de ses missions de base, Orbe poursuit ses activités de réadaptation et de soins palliatifs, avec un prochain audit en vue pour ces derniers. A relever que c’est depuis Orbe qu’est organisée toute la gestion des lits B, y compris ceux de Chamblon.

L’avenir des eHnv

A la veille de la conférence de presse, la direction a livré en primeur aux membres du conseil de fondation les grands axes stratégiques du développement de l’Etablissement.

A relever le début bienvenu des travaux d’agrandissement du service des urgences à Yverdon, service qui, par son engorgement, portait de moins en moins bien son nom.

Plus généralement, à l’horizon 2018, les soins aigus spécialisés seront concentrés sur Yverdon; un seul CTR (centre de traitement et de réhabilitation) regroupera les activités actuelles d’Orbe et Chamblon; Saint-Loup et la Vallée auront un statut de «centres de proximité». Il convient de rappeler, concernant St-Loup, le succès de son centre abC (anorexie et boulimie) qui est en instance d’agrandissement.

Le financement des investissements à venir n’est pas sans donner quelques inquiétudes. D’une part parce que les fonds propres ne sont pas inépuisables et surtout parce que le nouveau système de tarification SwissDRG au forfait conduit à une clé de répartition entre canton et assureurs pour le financement de ces investissements qui sera intégré au forfait par cas. Cette mise en concurrence entre hôpitaux pour la même prestation ne peut sans doute que réjouir les partenaires payeurs, mais la qualité des soins restera-t-elle l’objectif prioritaire?

Toujours est-il que le Jura Nord-vaudois avec sa démographie extrêmement dynamique n’a pas à craindre une sous-utilisation de ses infrastructures de santé. Avec 1066 naissances en 2011, la maternité d’Yverdon-les-Bains accuse une augmentation de 25% des naissances en cinq ans.

Photo Denis-Olivier Maillefer