L’heure est solennelle, on va enfourner.

Croy et les Rois

L’heure est solennelle, on va enfourner.

L’heure est solennelle, on va enfourner.

Les années se suivent mais ne se ressemblent pas toujours.

La pluie, c’est pas le top pour cuire le pain

La neige et le soleil pour la Fête des Rois, c’était loin, c’était l’année passée. Les temps changent, mais pas les traditions! Heureusement.

Vrai que le temps n’était pas sympa pour cette journée des Rois, au village; il pleuvait trop fort et le ciel était si bas que le Nozon aurait pu se perdre. Par contre le four banal, lui, il était au top ce dimanche matin, il avait été mis sous chauffage progressif par le fidèle fournier depuis deux semaines. (…tiens, son pompon était jaune! Clin d’œil au soleil absent… ?)

Le four ouvrait largement ses portes à 7 h. tapantes pour recevoir la première fournée de pains. Dans l’ordre, c’est: on farine la palette, on renverse le pain de la corbeille sur la palette, on fend le pain, on enfourne le pain et on range la corbeille. Et ainsi de suite, un travail en rythme impressionnant.

Ensuite l’équipe du four, qui était sur la braise depuis 5 h. 30 du matin, poursuivait avec la confection familiale des tresses, badigeonnées avec le soleil absent, euh… non, avec le beau jaune des œufs. A 8 h. celles-ci prirent la place des pains dans la nuit du four pour ressurgir plus tard, joliment colorées par la chaleur des pierres et sous le tour de main précis de Nicolas, fournier d’un jour.

Dans la rue, il n’y avait pas beaucoup d’effervescence

L’équipe du four était un peu triste, elle n’a pas reçu beaucoup de visites pendant la confection des pains. Sûr que le mauvais temps y était pour beaucoup, les clients viendront plus tard.

Les voisins et voisines poussèrent la porte du four vers les 10 h. Petit à petit l’espace du four banal s’animait, les habitués prenaient place autour de la grande table. Les sourires entraient dans la maison. Après, ce fut le tour des gâteaux et pizzas qui profitèrent de la chaleur restante pour cuire. Ils étaient partagés et dégustés sur place. Pluie ou pas pluie, le vin et l’amitié seront partagés.
La tradition gardait ses droits.

Photo Marlène Rézenne