Au centre Christian Kunze, à droite Pierre-André Leuenberger

Chavornay: nouveau syndic et passage de témoin

Au centre Christian Kunze, à droite Pierre-André Leuenberger

Au centre Christian Kunze, à droite Pierre-André Leuenberger

Pierre-André Leuenberger a été battu par Christian Künze dans la course à la syndicature. 49 voix ont séparé les deux rivaux et le futur syndic a dépassé la majorité pour sept voix. Les électeurs ont préféré la nouveauté au prolongement d’un mandat pour un homme de septante ans. C’est la loi de la démocratie et il n’y a rien à redire.

N’empêche qu’il faut rendre à «Leuleu» ce qui lui revient. Il a passé 29 ans à la Municipalité dont 17 comme syndic. Son engagement a été total pour sa commune. Il a probablement commis des erreurs mais qui n’en commet pas lorsque l’on prend de telles responsabilités. Son parcours politique a été audacieux en prenant le pari, il y a quelques années, de se distancer d’un parti socialiste local dont il ne partageait pas toutes les idées.

Seul dans son groupe du «Renouveau», il a mené des campagnes électorales originales qui le distinguaient de tous ses autres collègues. Malgré cette façon de procéder, il a été efficace et il était apprécié de bien de ses concitoyens. Le verdict des urnes en témoigne. Pierre-André Leuenberger s’en va la tête haute. Avec le sentiment du devoir accompli et Dieu sait si sa tâche ne fut pas facile dans une municipalité de droite. C’est pourquoi il faut lui dire merci pour son dévouement sans pareil à sa commune de Chavornay.

Suppléants au conseil communal

Wenger Patrick, Meyer Nathalie, Dupperrex Annemarie, Jotterand Alain, Berseth Nathalie, Vulliens Fabrice, Maire Gaël, Meyer Pierre-Yves, Thiery Kornélia, Guetty Michel et Bidal Régine.

Christian Künze évoque l’avenir

Nouveau syndic de Chavornay, Christian Künze entend d’abord étudier le problème des dicastères puisque son prédécesseur, Pierre-André Leuenberger, n’en avait pas. Il prendra en charge l’administration communale et il hésite encore entre les finances et l’urbanisme pour compléter son mandat, une discussion aura lieu à la fin de ce mois de mai avec ses collègues municipaux.

Etre patient

La circulation demeure un sujet chaud. «Il n’y aura pas de miracle, cela prendra beaucoup de temps pour trouver des solutions. Nos anciens prédécesseurs ont manqué de vision globale. Les erreurs du passé ne se corrigeront pas d’un seul coup même si nous envisageons une route de contournement. Mais comme Chavornay n’est pas à même de financer seul ce projet, il nous faudra trouver des partenaires pour sa réalisation.

Si l’on ne peut pas nier que le trafic poids lourds pose problème, je suis convaincu que le passage des pendulaires augmente singulièrement la charge au centre du village. Je continue de penser que c’était une erreur de prévoir deux sorties autoroutières entre Boscéaz et Chavornay», ajoute le nouvel élu.

Passer de 1500 à 5000 habitants

Autre domaine à revoir, la structure de l’administration communale. «Nous vivons toujours sur la base d’une population de 1’500 habitants. Or demain nous serons cinq mille et nous devons nous adapter. Prenons l’exemple de la construction de la nouvelle grande salle, qui nous a causé pas mal de soucis. Un municipal à temps partiel, en plus non issu du monde de la construction, ne pouvait pas maîtriser un domaine aussi particulier. C’est en cela que nous devons revoir nos structures, entre autres», ajoute Christian Künze.

En juillet sans Henri Turrian

Ajoutons encore que Chavornay devra nommer un nouveau municipal puisque Pierre-André Leuenberger ne poursuivra pas son aventure municipale. Une élection d’un septième municipal qui n’aura sans doute lieu qu’en juillet prochain et dans cette perspective, le PLR ne souhaite pas représenter Henri Turrian, qui avait perdu son siège devant l’électorat communal mais qui était prêt à se mettre à disposition.

Photo Muriel Antille La Région Nord Vaudois