Même avec le sourire, Claude Lebet arbore la détermination de la Municipalité contre le projet des CFF.

Chavornay: la Municipalité fait appel à la population

Même avec le sourire, Claude Lebet arbore la détermination  de la Municipalité contre le projet des CFF.

Même avec le sourire, Claude Lebet arbore la détermination de la Municipalité contre le projet des CFF.

Après l’annonce de l’intention de fermer le quai de chargement pour les betteraves à Ependes, les CFF ont mis à l’enquête la construction de 2 voies de débord éclairées et aménagement d’une plateforme ferroviaire de 600 m² en face du quartier de Lougilloux-Mollenchire à Chavornay.

Comme le sujet est déjà sensible dans le bourg, l’exécutif communal craint les nuisances sonores, de poussières et de trafic que ce projet engendrerait. De plus, le plan, en gestation, de route de contournement censé désengorger la circulation au centre du village, serait sérieusement perturbé. Ainsi, la Municipalité, qui s’oppose vivement à ce projet, appelle la population à faire massivement de même.

Selon Claude Lebet, municipal en charge de l’aménagement du territoire, il y a déjà une rampe à betteraves dans la zone industrielle et celle-ci serait facilement adaptable pour absorber le surplus d’Ependes, car il y a de la place. Sans compter qu’il faudrait reclasser les zones du village pour autoriser à construire sur ce terrain, que possèdent déjà les CFF, mais qui se situe actuellement en zone agricole, ajoute l’élu.

Si elle n’est pas foncièrement opposée aux chargements de betteraves à Chavornay, la Municipalité estime qu’ils doivent se faire en zone industrielle. Enfin, les autorités déplorent l’absence de coordination des CFF qui ne prennent pas en compte le nouveau tracé de l’OC ni l’avant-projet de route de contournement de Chavornay.

Consulté par téléphone, le coordinateur de l’ADEOC pour les études concernant ces projets, Jean-Daniel Girard enchérit: si l’étude d’une nouvelle rampe pour le chargement des betteraves est inéluctable à Chavornay, il n’y a pas réellement d’urgence, car pour 2014, la rampe actuelle de Chavornay et celle d’Orbe dans une moindre mesure, pourraient sans problème absorber le surplus dû à la fermeture d’Ependes.

Pour le remplacement du site d’Orbe par la suite, les acteurs ont le temps puisque c’est à l’horizon de 2018-2020 qu’il faudra y faire face et toujours selon Jean-Daniel Girard, la Municipalité de Chavornay aurait raison: le projet, mis à l’enquête, proposé par les CFF est loin d’être idéal.

L’enquête publique court jusqu’au 8 décembre 2011.

Photo Pierre Pellaton